Samedi 12 janvier 2013

80 km

Plage du Val D'Or

N 33°54,482' W 6°59,421'

1 m

Jour 105 – Plage du Val D’Or

Fanch : Il y a certaines journées bien trop remplies pour pouvoir en faire le descriptif complet. Je vais donc faire l’impasse sur notre petit déjeuner avec Hassan, Nordine et Mohamed face au puissantes vagues de l’atlantique, nos 80 kilomètres de vélo, notre échappée belle dans Casablanca, notre entrevue avec un veille homme au yeux brillant sur un terrain (vague) de foot ou nous faisions sécher nos tentes… pour arriver à notre rencontre au croisement de l’avenue du 2 Mars et du Boulevard panoramique avec Abdellah M. Hassak, notre « contact du libre » de Casablanca.

Il est peut être 16 heures, le soleil vient tout juste de disparaître derrière une barre d’immeubles. Abdellah arrive alors que nous terminons à peine le thé de la récompense, celui qui nous aide à reprendre des forces. Sourire au lèvre, le pas assuré, il nous repère de loin (nous n’arrivons pas encore à passer inaperçu). Salut! Salut! Salut! Et hop la bise! Puis nous le suivons jusqu’au domicile familial pour effectuer de plus amples présentations. Diplômé en ingénierie télécome-réseaux, actuellement en master management et système d’information, adepte de la libre circulation du savoir et de la culture et musicien, ce sympathique jeune homme a tout un tas de projet en cours. A commencer par son désir de créer une plate-forme open source dans l’objectif d’améliorer et de simplifier le protocole de communication au sein et entre les établissements scolaires pour que la priorité devienne l’éducation et non pas la gestion de l’éducation… je n’ai pas encore saisie l’ampleur de ce qu’il à en tête mais c’est du lourd! Il nous parle aussi de Maroc Reusecultures voir le site, un projet consistant à revaloriser le patrimoine culturel marocain en l’archivant et en le diffusant sous licence CC (Creative Commons). Il est co-organisateur du premier summerlab du Maroc, ici même à Casablanca et il fait de la musique, quand je lui parle de mes logiciel préféré… enfin, vous imaginez bien que nous avons quelques points en communs.

Il nous amène en ballade au pôle Boultek de l’énorme technopôle de Casa. Un petit espace réservé à la culture, tout particulièrement au musiques urbaines. Il est 20h, nous sommes dans la petite salle 36 devant un groupe de rock déjanté de Mohamedia. Étonnant croisement de culture quand je repense Ain Zora, Mezguitem, à nos virées dans la campagne marocaine, j’ai presque l’impression d’être dans un autre monde…

Hassan

Nordine et Mohamed


Barth : Toc, toc… C’est Hassan qui nous tire du sommeil un peu avant 7h. Mohamed ne s’est donc pas levé pour la pêche au poulpe… Après un brin de toilette à l’eau chaude qu’Hassan a apporté dans une bouteille, nous assistons au lever du soleil en buvant le thé avec nos hôtes. La mer est montée bien plus haut que l’endroit où nous avions planté les tentes la veille.. Ouf !

La route côtière est magnifique tout en ayant l’immense avantage d’être plate avec le vent dans le dos ! Bref, c’est un plaisir de pédaler. De temps en temps nous longeons d’immenses propriétés de la famille royale, gardées par quelques hommes armés et disposés tous les trente mètres. Plus on s’approche de Casablanca, et plus l’air devient irrespirable malgrès la proximité de l’océan. Une immense raffinerie de pétrole inaugure la traversée de la zone industrielle nord de la ville et après 80kms dans les pattes nous découvrons enfin les premières avenues.

Casablanca n’est pas vraiment blanche… La pollution est palpable. C’est une ville immense que nous mettons beaucoup de temps à traverser pour rejoindre notre point de rendez-vous avec Abdellah, notre contact organisé par Fabrice (LibLab). Nous prenons le temps de souffler un peu en buvant un thé avant de l’appeler, et une fois qu’il nous a rejoint il faut faire un dernier effort pour arriver à suivre sa voiture dans sur quelques kilomètres jusqu’à sa maison.

Une bonne douche et un thé nous redonnent quelques forces pour aller visiter les locaux de l’association. Nous sommes samedi soir et un petit concert de métal a lieu dans la toute petite salle de spectacle. Les locaux sont situés au rez de chaussée du Technopôle, une immense tour repeinte aux couleurs d’Inwi un des gros opérateur de télécommunications au Maroc. La soirée se termine autour d’un bon repas préparé par Abdellah et son frère Essam, l’occasion de commencer à faire connaissances malgré l’énorme fatigue qui se fait de plus en plus pesante…