Samedi 2 février 2013

0 km

Souk ferraille d'Agadir

N 30°24,668' W 9°34,592'

39 m

Jour 126 – Souk ferraille d’Agadir

Barth : Dernier jour en occident et dans une aussi grande ville avant longtemps sans doute. Il faut prendre le temps de faire quelques courses techniques. Nous trouvons sans trop de difficultés le camping-gaz de nos rêves, mais comme pour nous punir de mettre le système D de côté, dans le magasin suivant nous trouvons de l’alcool à brûler après en avoir cherché dans tout le Maroc ! Tant pis, désormais on roule au gaz !..

Nous avons eu des nouvelles de Fanchic par mail aujourd’hui. Il est tout proche de la frontière mauritanienne et malgré le climat et la gestion de l’eau, ça a l’air d’aller ! Merci pour tes conseils et tes contacts Fanchic, et soit prudent en Mauritanie…

Nous avons aussi pris le temps de saluer notre ami Hafid qui ne voulait plus nous laisser partir. Comme on te l’a dit, grâce à toi nous garderons un bon souvenir d’Agadir Hafid ! Et merci pour le cours de vente à l’étalage qui m’a permis de vendre mon moulinet de canne à pêche à un prix raisonnable ! J’ai également beaucoup apprécier de tenir ton étal en ton absence en regardant la tête étonnée de tes potentiels clients…

La route du sud commence donc demain, du plat, de la chaleur, du vent et du désert sur des milliers de kilomètres… Et la question de la Mauritanie. Les troubles au Mali et en Algérie ne rendent pas la route trés avenante en ce moment… La possibilité de prendre un bateau à Daklha pour rejoindre directement le Sénégal nous rassure mais pour le moment nous ne pouvons pas choisir, c’est encore trop tôt. Il faut d’abord découvrir et s’adapter au nouveau terrain que nous allons traverser. De nouvelles contraintes qu’il va falloir dompter pour parvenir à tirer le meilleur de l’atelier de création Geocyclab !

Fanch : Agadir est pour moi une étape importante de ce voyage. Ce sentiment d’excitation est similaire à celui ressenti durant les quelques minutes précédant le passage d’une frontière, on s’attend à ce que tout change de façon radical. J’ai presque l’impression de partir en voyage. Étrange et délicieuse sensation de savoir que tout reste encore à découvrir et que notre aventure n’en est qu’a son début. Un changement s’annonce dont je fantasme la nature. Je sais pertinemment que c’est une nouvelle épreuve, une de plus, mais j’ai hâte et je ne peux m’empêcher d’y penser. Agadir est la dernière grande ville avant le Sahara occidentale.
Une ville ou il est possible de s’équiper pour affronter la rude réalité des paysages qui nous attendent.
Demain c’est le départ. Alors en fin d’après midi, une fois nos courses achevées, nous retournons au souk ferraille et comme les jours précédents nous nous asseyons sur la nappe à carreaux de Hafid. Les adieux ne sont pas simples et nous sentons bien que le cœur de notre ami est gros de nous voir partir. Le mien ne l’est pas moins, comme tu le dis Hafid, moi aussi j’espère un jour avoir le plaisir de serrer à nouveau ta main. Merci pour tout.

Hafid