Dimanche 3 mars 2013

0 km

Tarfaya

N 27°56,336' W 12°55,506'

21 m

Jour 155 – Zone en chantier, Tarfaya

Fanch : Au programme ce matin, montage vidéo, et oui je m’y colle aussi. C’est un exercice que j’ai déjà expérimenté mais il y a trop longtemps que je ne m’étais pas adonné à ce doux labeur.
J’enchaîne sur les finitions d’un objet sonore pendant que Barth manipule minutieusement quelques brins d’html pour préparer notre site à recevoir les restitutions de nos derniers travaux. Puis je pars me balader, ou plutôt, fouiller le sol de Tarfaya à la recherche d’objets bien précis dont je veux pour l’instant pas dévoiler la nature. La pêche a été bonne, je rentre au petit hôtel retrouver Barth qui bosse encore. Il fait nuit, journée productive.

Ça y est, un gros vent de sable s’est levé. Comme prévu il souffle du Sud vers le Nord. Il nous semble difficile, voir impossible d’avancer dans ces conditions, nous allons probablement rester bloqués ici quelques jours. Seule cette histoire de prolongation de séjour m’inquiète un peu. Demain lundi, je passe un coup de fil au service d’immigration de Laayoune.

Barth : Après une matinée brumeuse entre connexions internet et coups de fil, boulot cet après-midi ! Fanch a bien avancé de son côté, il est temps que je me secoue.

Le vent souffle de plus en plus fort au fil de la journée, nous donnant raison d’être restés à l’abri. J’en profite pour faire une grosse mise à jour sur le site avec en vue la publication prochaine de premiers objets libres et de créations…

Tempête ce soir. Les rafales de vent s’abattent sur la ville manquant d’arracher réverbères et minarets. Puis c’est la pluie qui vient éclater sur la petite fenêtre de notre chambre d’hôtel. Avec la pression du vent, l’eau s’infiltre dans le cadre de la fenêtre et est régulièrement projetée en petites giclées directement sur ma tête… Je change de sens dans le lit, et finit par trouver le sommeil après l’arrivée tardive et peu discrète de clients dans les chambres voisines… Peut-être des réfugiés qui viennent de perdre le toit de leur maison…