Dimanche 10 mars 2013

10 km

Côte de Dakhla

N 23°41,690' W 15°55,952'

7 m

Jour 162 – Côte de Dakhla

Barth : Lhoucin redémarre le moteur vers six heures. Le temps de comprendre où nous sommes et déjà l’aube révèle le paysage lunaire que nous traversons. Le ruban sombre de bitume serpente dans la masse cotonneuse que forment les dunes de part et d’autre de la route. Bientôt, nous entrons dans la péninsule de Dakhla, longue d’une quarantaine de kilomètres avec à droite l’océan trop loin pour être visible, et à gauche la baie qui ressemble à un lac… Soudain, le soleil perce l’horizon, les reliefs se précisent et nous apercevons Dakhla à l’horizon. Le vent a tourné plein nord depuis hier et une fois déposés à quelques kilomètres de la ville, nous n’avons même pas besoin de pédaler pour finir notre route.

Il est à peine huit heures quand nous réveillons le boulanger pour un petit déjeuner rapide. La vie de la ville redémarre peu à peu, le temps que nous trouvions un hôtel où nous pouvons enfin nous reposer… Chose rare, pas besoin de chercher un cyber, il y a une connexion wifi juste à côté de notre chambre ! Nous sommes dimanche, il faut attendre demain pour aller voir la police, journée repos donc…

Fanch : Et voilà… il est 7H30, mal réveillé, nous passons notre dernier poste de contrôle avant d’arriver aux portes de Dakhla. On décharge le matos dans un gros vent de nord (enfin) qui nous porte sur 10 bornes jusqu’au centre ville. 14H de route pour 580 kilomètres, c’est conséquent. Mais je retiendrai la popote offerte par notre chauffeur, la sieste de 3H à 4H dans une cabine de camion dont trois personnes sur une banquette large comme mes épaules, Lhaoucine au pied de son joujou de 40 tonnes moteur et plein phare allumé faisant sa prière à même le sol. Même si je suis crevé, le jeu en valait largement la chandelle, sans oublié que notre objectif est atteint!
Direction un petit hôtel, pas cher SVP ou une grosse sieste va certainement s’imposer.

Aujourdh’hui dimanche, sous préfecture fermé. Demain Lundi… Le tampon du service de l’immigration, inch’Allah of course!