Vendredi 15 mars 2013

65 km

Route d'El Argoub

N 23°46,676' W 15°44,116'

43 m

Jour 167 – Route d’El Argoub

Fanch : Comme nous l’avions envisagé hier, nous avons quelques difficultés à plier bagage.

La gentillesse et la générosité de notre hôte nous retient. La discutions s’étire et pourrait ne pas avoir de fin. La visite de Marcel, retraité et ami d’Ahmed de longue date n’arrange rien à notre petit défaut de ponctualité. Quand tout est fin prêt, pour en rajouter une couche, je me rend compte qu’un des tube de mon porte bagage a céder sous le poids des sacoches. Merde. Mais bon, coup de veine, Marcel a le sens du système D ainsi qu’une bonne caisse à outils. Nous réparons le petit pépin rapidement… « Ça tiendra plus de jours que d’années » me dit il, mais voilà qui est réglé.

Il faut vraiment y aller maintenant…
Même quand tu as le cœur gros, tu gardes le sourire… Merci Ahmed, merci pour tout et vraiment, ne change rien.

13h, on décolle pour une bonne soixantaine de bornes. C’est juste avant le crépuscule que nous atteignons notre objectif du jour, El Argoub, point de ravitaillement.
Notre arrivé se fait sous l’œil curieux de plusieurs dizaines de militaires. Des bidasse, il n’y a en faite que cela, El Argoub est un village caserne et c’est apparemment l’heure de la « perm ». Mais comme l’homme a une faculté d’adaptation surprenante… Nous nous « habituons » rapidement au uniformes kakis et dégotons même au fond d’une boucherie-bistrot-resto, un tapis pour la nuit.

IMG_8815IMG_8817

Barth : Dur de se motiver pour reprendre la route. Le confort de ce petit coin de paradis et Ahmed qui semble être au bord des larmes de nous voir partir si vite ne motive pas vraiment à s’enfoncer dans le désert saharien… Mais il faut qu’on avance ! Au moment de charger les vélos, Fanch s’aperçoit que son porte bagage est cassé… Heureusement, Marcel, un touriste français qui connaît Ahmed de longue date, vient d’arriver et se fait un plaisir de prendre en main la réparation. Une heure plus tard nous voici enfin prêts. Ahmed part devant nous en mobylette pour Dakhla, suivi par sa troupe de chiens et chiots… C’est la dernière image que nous avons de lui, avant de se revoir après 2015, c’est promis !!!

Après nous être fait offrir un chocolat chacun par Marcel et Pierrette, nous voilà enfin sur la route. Il fait très chaud et le vent de face ne souffle pas trop fort. Il reste 27 kilomètres à parcourir pour atteindre PK40, l’endroit où nous prendrons la direction du Sud. Le paysage que nous avions aperçu en camion en arrivant à Dakhla est vraiment splendide. Entre deux descentes et grimpettes nous traversons d’immenses plaines totalement vides, que les grandes marées inondent parfois. C’est le fond de la baie d’or, des hectares de sables à perte de vue parsemés de quelques dépôts de sel…

Pause repas à la station service de PK40. La salle de restaurant compte plus de mouches que de clients, il va falloir s’y faire. Mais comme dirait Ahmed : « Les mouches du Maroc, c’est très gentilles, plus que celles de Mauritanie… » Fanch a pris un petit coup de chaud dans la dernière grimpette, et je ne suis pas contre l’idée de souffler un peu en sirotant un coca avant de nous élancer avec enfin le vent dans le dos, sur la route de la Mauritanie. Une quarantaine de kilomètres à parcourir jusque El Argoub, notre dernier point de ravitaillement sûr avant la frontière à trois cent kilomètres. La route longe la baie d’or, en face de Dakhla. Une couverture nuageuse empêche le soleil de trop cogner et le vent nous pousse un peu. Nous arrivons juste avant la nuit dans le village qui est habité par de nombreux militaires. Étrange sensation de débarquer dans un tel endroit, que des hommes pour la plupart vêtus de kaki qui se promènent en attendant le dîner… Ambiance surréaliste !

Nous sommes accueillis, ou plutôt pris en charge par un homme qui nous conduit au poste de police pour signaler notre présence et nous arrange le coup pour passer la nuit dans une salle à l’arrière d’une boutique ! Parfait, nous gagnerons du temps pour décoller demain. La reprise du pédalage et les premières grosses chaleurs nous ont épuisé… Un tajine et au lit !

IMG_8822IMG_8827
IMG_8830IMG_8833