Samedi 6 avril 2013

0 km

Eternel et même quartier

N 18°05,394' W 15°58,66'

17 m

Jour 189 – Eternel et même quartier

Fanch : Fanch : Je reste (encore) devant l’écran, un casque sur les oreilles. Je laisse Pure Data de coté pour me coltiner une belle séance sampling (échantillonnage de sons). Ça aussi c’est fastidieux, mais j’ai bien avancé et mon objectif de la matinée est atteint… A 15H précise.

Ce midi, bolognaise sans viande.

De retour sur Pure Data, je continue de fignoler mon générateur harmonique, je lui apporte d’ailleurs un jumeaux qui sonne un peu différemment. Le temps de les finaliser puis de les documenter et ils seront bientôt disponibles au téléchargement. Je sais très bien que beaucoup d’entre vous ne se sentent pas concernés et ne comprennent en rien mes élucubrations artistiquo-numériques mais si ce patch peut servir ne serait-ce qu’à une autre personne que moi, j’en serai ravi.

Demain, j’arrête l’ordinateur… Je sens que Nouakchott nous appelle.

IMG_9228IMG_9230

Barth : Le vent se calme, la chaleur revient… Journée tranquille entre matinée au café wifi pour charger les dernières vidéos et prendre quelques nouvelles de la France. Une prochaine intervention de l’équipe de choc de Linux Quimper se profile, pour assainir le système de notre ordinateur qui montre de nombreuses faiblesses depuis sa réparation miraculeuse en Andalousie…

Les quelques jours restants avant notre départ de Nouakchott doivent absolument être consacrés à la concrétisation des différentes visites prévues dans la ville, glanées au fil des conversations à l’auberge. Mathieu, le français vivant au Maroc qui connait bien Nouakchott, est de bon conseil, et Camille a bien repéré les lieux et les problématiques. Les quelques rencontres faites au café avec les vendeurs à la sauvette, et quelques clients ont affiné la projection que je me fait de cette cité mais il est temps après cette longue phase de repos et d’atelier numérique, de partir voir de nos propres yeux le tableau imaginé.

Ce soir, dîner au restaurant. Une petite enseigne dans une ruelle ensablée, indiquée par son patron qui quand il ne travail pas au restaurant, circule la journée en ville pour vendre quelques paires de tangues aux gens assis aux terrasses de café, aux gens comme nous… Le dîner est bon, mais l’addition est peu salée, ça nous apprendra à enfreindre la règle selon laquelle si tu suis la proposition de quelqu’un, aussi sympathique et sincère qu’il paraisse, ça se paie à un moment ou à un autre..! C’est le jeu !

IMG_9227IMG_9225
IMG_9237IMG_9241