Mardi 23 avril 2013

0 km

Ndar Numérique

N 16°01,420' W 16°29,410'

13 m

Jour 206 – Ndar Numérique

Barth : Deuxième épisode de la version augmentée de Geocyclab aujourd’hui. Le projet de Camille étant si semblable au notre, nous cherchons donc sensiblement les mêmes choses et avons donc décidé de multiplier les caméras plutôt que de refaire deux fois les mêmes tournages. Ce matin cependant, nous profitons de sa présence pour réaliser la captation d’une performance à base de bouteilles à la mer… A découvrir bientôt dans « Ex-Situ ». Une épaisse brume de chaleur recouvre le fleuve et les rives de Saint-Louis semblent flotter dans les nuages. Le vol lourd de quelques pélicans contraste avec la chute rapide des sternes qui trahie de quelques éclaboussures la surface immobile de l’eau.

Vers midi, le soleil refait son apparition, et d’un seul coup la ville réapparaît. Nous nous rendons chez Marie-Caroline pour le déjeuner et pour y rencontrer rapidement Richard qui a fait Paris Shanghai à vélo il y a quelques années et Marjorie sa compagne. Tous deux vivent au Sénégal et nous donne de nombreux conseils, contacts et tuyaux avant de disparaître pour rejoindre des amis. Le repas est servi, sur une belle table, arrosé d’une bouteille de vin blanc et clôturé par un dessert et un café. Ça faisait si longtemps que nous n’avions pas fait un repas à la française ! Parmi les convives, Jordan, un jeune français qui travaille depuis deux ans à Saint-Louis comme maçon. Il est enchanté de cette première expérience après sa formation qui lui a permit de travailler sur des chantiers de restauration de magnifiques maisons comme celle de Marie-Caroline.

Le vin et le confort de ce somptueux déjeuner nous ont un peu ramolli. Nous sortons de table vers quinze heures et filons en direction du Bantalabs, un espace de co-working dédié aux arts numériques qui vient d’ouvrir à Saint-Louis. Nous sommes reçu par Joeri un webmaster belge et Isseu une jeune sénégalaise très indépendante qui préfère sa passion aux obligations traditionnelles telles que le mariage. Nous prenons le temps de l’interviewer, seule car Joeri n’a pas pu rester, mais nous le recroiserons sans doute à Dakar. Puis il est temps de rentrer à l’auberge pour dérusher les images du jour et préparer le départ du lendemain. Un dernier dîner au restaurant Teranda N’Dar où nous avions pris un abonnement cette semaine et encore un peu de boulot avant d’aller dormir…

IMG_0052IMG_1894
IMG_0081IMG_1965

Fanch : La journée s’annonce mouvementée, au programme:

  • 9h30. Amener mon vélo chez Bobo le réparateur de vélo.
  • 10h30. Performance et tournage sur l’île sud de Saint Louis.
  • 12h30. Déjeuner chez Marie-Caroline (une connaissance de Camille) et rencontre de Jordan, Richard et Marjorie.
  • 15h30. Récupérer mon vélo et tenir bon face aux tentatives répétées de Bobo pour me soutirer d’avantage d’argent.
  • 16h. Visite des locaux de Bantalabs et d’Ndar Numériques, lieu de la culture du Libre de Saint-Louis et interview d’Isseu Counta.dar
  • 18h. Faire un envoie d’e-mails pour préparer notre arrivée à Dakar

Je ne vais détailler l’ensemble de ces points pour me pencher sur ce qui concerne l’atelier de Geocyclab.

10h30 donc, Camille, Barth et moi sommes à l’extrémité Sud de L’île de Saint Louis, à l’endroit ou les deux bras du fleuve Sénégal se rejoignent une dernière fois avant de se jeter dans l’atlantique. La marée descend, les courants se forment et se dirigent vers le Sud. La brume ne s’est pas encore levée et masque les pirogues de la rive Ouest, les sternes piquent à la verticale, les pélicans se dandinent comme les signes le font à Galway. C’est d’ici que nous enverrons nos messages. Le geste est aisé mais éphémère, il faut que nous gardions une trace. C’est la captation vidéo qui prendra du temps. Mais après coup et au premiers coup d’œil, les images semblent réussies. Nous verrons pour le montage plus tard. Je n’en dis volontairement pas plus mais peut-être que les indices laissés dans ce texte aiguiseront l’imagination de certains.

Le deuxième point qui nous intéresse, c’est notre visite des locaux partagé entre Ndar Numérique et le Bantalabs de Saint Louis. La visite est rapide car en raison de la récente implantation de c’est deux association à Saint-Louis, les espaces sont encore vides. Cependant, les perspectives d’aménagement de Joeri Poesen qui nous présente le lieu sont alléchante pour un bidouilleur de mon genre. Excepter le fait de développer un espace de travail partagé dédier pour l’instant aux passionnés du numérique, Joeri pense bientôt mettre à jour la première plate-forme de distribution Arduino et Raspberry Pi en Afrique de l’Ouest (De quoi ravir notre ami Zakaria que nous avions rencontré à Casablanca et qui avait de gros problème pour ce fournir ce genre de matériel).
Jouri s’en va et c’est Isseu qui prend la relève sous les yeux attentifs des objectifs. Cette jeune développeuse sénégalaise nous parle avec fraîcheur et entrains du rôle, de l’implantation et de l’évolution de la culture du Libre au Sénégal. On en parlera bientôt dans la galerie des « Objets Libres » quand nous aurons trouvé un peu de temps pour s’occuper du montage. Quoi qu’il en soit, ce fut un réel plaisir de d’échanger avec Isseu qui avec son enthousiasme contagieux et de solides arguments, conforte certaines de mes convictions vis à vis de la place du Libre dans une société en pleine mutation numérique.

 

IMG_0085IMG_0082
IMG_0091IMG_0123