Samedi 4 mai 2013

15 km

Kër Thiossane, Dakar

N 14°42,820' W 17°27,490'

33 m

Jour 217 – Kër Thiossane, Dakar

Fanch : Direction Kër Thiossane pour y présenter, nos vélos, nos aventures et surtout, les raisons qui nous ont poussé à prendre le chemin du Libre.

En arrivant sur le lieu, Cyberconte est là (ça faisait longtemps) et discute avec Marion, principale actrice de Kër Thiossane, elles nous accueillent toutes deux avec un large sourire de bienvenue. Le temps de discuter un peu, de s’installer et on ouvre le bal avec une vidéo-projection d’un de nos Checkpoints, histoire de plonger le public timide dans l’univers de Geocyclab. C’est chose faite, nous continuons avec la présentation de nos différents axes de recherche.

La mayonnaise prend, la discussion aussi et nous écoutons une bonne heure les points de vue de nos interlocuteurs au sujet des pratiques du système D et du Do It Yourself (terme mis à la mode par les bidouilleurs du vingt et unième siècle) et sur le lien qui, particulièrement en Afrique, relie ces deux approches de la débrouille. Le débat est disparate mais je décèle facilement un engouement collectif à l’égard de ces philosophies, ce qui m’enchante il faut bien l’avouer… C’est que nous sommes face à un public de connaisseurs, conquis d’avance puisqu’il a répondu présent à l’appel de Kër Thiossane avec qui Geocyclab joue sur le même terrain.

Peu importe, nous rencontrons ici une poignée d’individus qui ne se contentent pas de réfléchir mais agissent pour un monde de partage. C’est beau ! Oui, certainement! Mais l’affaire n’est pas classée car il semble y avoir beaucoup de boulot pour éveiller les consciences de la population africaine dont le principal souhait pour le moment se résume à augmenter son pouvoir d’achat. Kër Thiossane a planté une graine dans son jardin qui est en train de germer. Mais la pousse est encore fragile et il va falloir du temps pour que les branches l’Open-baobab génère suffisamment d’ombre pour que tout le monde s’y précipite afin de rechercher le « bien-être ensemble ».

L’espoir fait vivre, en tout cas, il fait avancer… Et ça ce voit !
La suite au prochain épisode…

P1270907
IMG_0545IMG_0543

Barth : Les montages avancent bien, j’ai pu travailler un peu ce matin. Le tri des images du prochain chek-point est à peu près terminé, nous allons pouvoir faire le tournage prochainement. Après un sandwiche/wifi à la brioche dorée en guise de déjeuner, il est temps de nous rendre à Kër Thiossane pour présenter Geocyclab. Nous y allons à vélo, sans sacoche, afin de satisfaire la curiosité de notre public passionné !

Sept kilomètres à vélo à travers Dakar, c’est une sacrée aventure ! Le GPS n’aura pas suffit, et grâce à l’aide d’un motard qui tenait autant à nous escorter qu’à nous embarquer dans une randonnée moto, nous arrivons pile à l’heure à Ker Thiossane. Marion est là, en train de prendre le café avec Camille qui vient d’arriver à Dakar deux jours avant. Le lieu est vraiment chouette ! Une grande maison, avec une cour décorée de mosaïques et de fresques. Le rez-de-chaussée est consacré aux activités de l’association tandis que l’étage abrite Marion, son mari François et leurs deux enfants. Le temps de nous remettre de nos émotions, de faire un peu connaissance et d’attendre le public et nous voilà en scène. Il y avait longtemps que nous ne nous étions pas prêtés au jeu de la présentation de Geocyclab via vidéo-projecteur. Mais cette fois nous avons des choses à montrer. Un check-point, quelques haïkus, et un tour de la galerie des objets libres nous évitent de longs discours et très vite la conversation démarre avec les quelques personnes présentes. La question du système D et de l’économie locale semble importante au Sénégal, particulièrement à Dakar où une classe aisée émergente s’engouffre aveuglément dans le cycle infernal de la sur-consommation…

Le soleil est déjà bien bas, pas question de refaire la route de nuit, nous ne tardons donc pas trop. Mais nous sommes bienvenues à Kër Thiossane pour travailler, rencontrer du monde, faire un portrait de ce lieu que je n’ai fait que survoler pour le moment, et certainement pour réaliser une installation la semaine prochaine. Merci beaucoup pour votre accueil chaleureux Marion et François ! Le retour en vélo est encore plus sportif dans une circulation plus dense qu’à l’aller. Mais le mode de conduite sénégalais commence à me faire moins peur, et nous collons aux basques d’un cycliste sportif qui nous ouvre la voie à grande vitesse…

IMG_0542IMG_0556