Dimanche 5 mai 2013

0 km

Case-Ba, Dakar

N 14°45,471' W 17°25,702'

23 m

Jour 218 – Case-Ba, Dakar

Barth : Après une matinée de boulot, nous filons avec Fanch à l’aéroport pour nous renseigner sur les contraintes d’embarquement de nos vélos. Apparemment pas de problème mais le type de l’embarquement nous tout de même conseillé de passer à l’agence en ville pour signaler la présence de nos vélos et tenter de négocier une ristourne sur le supplément. Affaire à suivre donc…

Ensuite, direction la maison où loge Camille, un bon plan refilé par Richard à Saint-Louis et sur lequel nous comptons pour la suite du séjour, quand les parents de Fanch seront partis… L’occasion aussi de redonner à Camille les rushs vidéos tournés ensemble les semaines passées car son disque dur n’a pas survécu à une double chute. Le quartier est très calme, la maison immense, et la cour ombragée par un immense manguier. Camille est bien là, richard et Marjorie également ! Nous buvons un thé armés de nos ordinateurs le temps d’échanger fichiers et contacts. Richard connait pas mal de monde au Mexique ! A priori, nous devrions pouvoir loger ici sans trop de problème, à confirmer par téléphone mardi prochain.

De retour à Cambérène, soirée studieuse, pour changer…

IMG_0567IMG_0570

Fanch : On cause Open source ce soir.
La présence de mes parents est bien évidemment l’occasion de discuter de ce que nous sommes en train de réaliser mais aussi de la façon dont nous retranscrivons nos péripéties, nos émotions et nos recherches sur la culture du libre.

En considérant leurs remarques sur ce dernier sujet je remarque que beaucoup de notions relatives au libre restent encore confuses, obscures et la manière dont j’en parle paraît encore trop hermétique. J’ai envie de dire que c’est normal, que tout va bien se passer et qu’il ne faut pas s’inquiéter si tout n’est pas translucide au premier coup d’oeil. Moi non plus je ne comprends pas tout de ce mouvement relativement nouveau dont les bases se cristallisent mais dont les aspects peuvent prendre une multitude de formes.
Alors, c’est quoi le Libre et l’Open Source et Pure Data? Wouah les questions! Comment résumer… (Pure Data c’est un logiciel de création sonore, entre autre dont je ne parlerai pas aujourd’hui risque de 🙂 passer une nuit blanche…)

Alors, le Libre c’est la traduction choisie par la communauté francophone du mot Open (ouvert en anglais), pour vulgariser, c’est un état d’esprit fondé sur le partage et l’entraide. C’est pas nouveau comme concept, tout le monde (enfin j’espère) a déjà entendu parler de solidarité, et bien le Libre c’est un peu la même chose. Mais depuis l’arrivée des nouvelles technologies et surtout du web, on a vu apparaître une adaptation de la solidarité spécifique aux mondes numériques, du logiciel et de l’internet. Alors le terme « Libre » en ce sens englobe la solidarité que l’on connait depuis des lustres (même s’il n’est plus aussi pratiqué qu’avant l’ère de l’individu) couplé à cette sorte de copie numérique de l’entraide que l’on nomme bien souvent open source.

Exemple:

Solidarité
Je veux construire un cabanon dans mon jardin et mon voisin aussi. Je suis maçon et lui couvreur. Au lieu de tout faire chacun de notre côté, de faire des conneries et de perdre une énergie considérable, on décide de faire les choses à deux, c’est plus simple. En le regardant faire j’apprends même à poser les ardoises correctement, du coup on gagne pas mal de temps et ça passe plus vite quand on peut discuter avec quelqu’un.

Transposition dans le monde virtuel:
Mon voisin (qui pour le coup peut vivre à l’autre bout du monde) a conçu un logiciel de comptabilité. Etant justement comptable, je découvre qu’il y manque une fonctionnalité importante pour mener à bien mon travail. Les sources du logiciel étant ouvertes (open source) je peux suggérer à mon voisin de l’autre bout du monde ou à un autre voisin programmeur de modifier le logiciel pour y ajouter l’option manquante. Et ainsi de suite…

Troisième exemple, à mis chemin entre la solidarité et sa transposition virtuelle…
Le covoiturage. J’ai une super caisse toute neuve avec 5 places dedans. Je roule 80 bornes par jour pour aller au boulot. C’est cool, je suis content je peux travailler mais je dépense un quart de mon salaire en gazole… Sur un mois, c’est une semaine de taf en moins, merde ! Mon voisin m’a causé d’un site de covoiturage, je suis allé voir et aprés m’être inscrit, et j’y ai rencontré deux mec qui faisait exactement les même trajets quotidiens. Du coup maintenant on divise les frais en trois et c’est comme si je ne travaillais plus qu’un jour par mois pour payer mon gazole, sans parler du côté écolo…

C’est du partage et du bon sens, voilà tout.

IMG_0576IMG_0580

 

Haiku 036 – Cambérène

Pour ne rien manquer, nous vous conseillons l’usage d’un casque audio pour le visionnage de cette vidéo.