Lundi 20 mai 2013

0 km

Liberté II, Dakar

N 14°42,500' W 17°27,335'

30 m

Jour 233 – Liberté II, Dakar

Fanch : Ça sent la fin… Le bout d’un voyage, le commencement d’un autre. Mais l’heure est au préparatifs, à commencer par le démontage du vélo au son des rires de Claire et de Julie (pour qui le fait d’êtres studieuses n’empêche pas la déconnade). Le démontage, ouais, c’est vite dit mais ça prend du temps et j’avoue ne pas savoir exactement comment m’y prendre. Je fonce, clés allènes en main mais après mûre réflexion et considérant que je me suis un peu enflammé j’en remonte un bout… Il faut dire que le règlement de la compagnie aérienne reste flou concernant le transport des vélos en soute et il est difficile de savoir à l’avance si la présente configuration du vélo sera ou non acceptée… C’est chiant, presque stressant mais on est obligé de se plier au exigence du fret aérien.

L’exercice est entrecoupé de pauses musique, seul ou avec d’autres musiciens (avec le groupe de François, avec un bassiste jazzy et enfin, avec Barth qui ce soir nous fait l’honneur de sortir sa guimbarde) et comme à chaque fois, je prend un réel plaisir à partager quelques notes. Jouer, c’est sortir de l’espace temps, c’est un voyage que personnellement je considère aussi spirituel que nécessaire. Étant donné notre mode de déplacement, la flûte traversière s’est imposée comme une alternative presque parfaite au saxophone, moins encombrante, les bases de jeu restent sensiblement similaires. J’espère secrètement croiser une saxo sur notre route, néanmoins je ressens de plus en plus de plaisir à souffler à « l’horizontale » et jour après jour je découvre l’énorme potentiel expressif de cet instrument magique.

C’est donc en musique que nous passons notre dernière soirée à Ker Thiossane. Camille est là, Claire, Julie, Paul, Angela aussi. Cette semaine passé ensemble a tisser entre nous quelque chose dont je n’ai pas encore saisi la nature mais ce qui est sûr c’est que d’une façon ou d’une autre il y aura une suite, on se retrouvera ici ou ailleurs. Aller merde, j’arrête, on ne part que demain.

IMG_1155IMG_1160

Barth : Le départ est pour demain, il y a beaucoup de choses à faire aujourd’hui. Le démontage des vélos prend une bonne partie de la journée, entre lessive et tri des affaires. Je trouve aussi le temps de monter le haïku tourné la veille, et de relancer quelques contacts à Mexico en vue de notre arrivée.

En fin d’après-midi, nous interviewons le trio de WOS pour l’intégrer à la présentation de Kër Thiossane, et dans la foulée nous tirons le portrait de Camille avant d’inverser les rôles. Il était temps, après six mois de croisements et de retrouvailles, de capter une trace un peu formelle du Cyberconte.

Ce soir, François nous a dégoté des thons frais qu’Angie prépare en friture. Un délicieux dîner pour ce dernier soir sur le sol africain, qui se termine en musique… Julie nous a préparé une petite pochette surprise avec entre autres, un flacon de son huile essentielle de menthe poivrée, de fantastiques post-its translucides et une brosse à dent africaine chacun ! Ça sent le départ, notre sédentarisation passagère à Dakar fut pleine de rencontres fortes, d’amitiés simples et spontanées auxquelles il nous faut déjà dire au-revoir…

Claire

Claire

IMG_1163