Jeudi 13 juin 2013

0 km

Palenque

N 17°30,328' W 91°58,570'

79 m

Jour 257 – Palenque

Anaïs : Cette petite escale à Téhuantepec est rafraîchissante, littéralement, il fait moins chaud ici qu’à Juchitan, nous flânons donc plus légèrement, mais je commence à avoir hâte de changer de décor et de quitter la ville.

IMG_2127IMG_2130

Barth : Tehuantepec est aussi le nom de l’état du Mexique où nous trouvons, ainsi que de l’isthme séparant le Pacifique de l’Atlantique. Nous sommes donc à quelques dizaines de kilomètres de la côte Pacifique et à environ deux cent cinquante kilomètres du golfe du Mexique qui donne sur l’Atlantique… Avant la percée du canal de Panama, un projet équivalent vit le jour sans jamais aboutir sur l’isthme de Tehuantepec.

Mis à part ces considérations géographiques, la ville de Tehuantepec ne présente pas vraiment de particularité. Comme à Juchitan, on s’y sent bien, loin des pôles touristiques, mais une fois fait le tour de la ville, pas grand chose à ajouter… Petite soirée tranquille donc, pizzeria dans une enseigne familiale, et gros dodo au frais dans notre chambre.

IMG_2143IMG_2154

Fanch : Malgré quelques difficulté pour m’endormir hier soir, rien à signaler, pas d’attaque d’anaconda ou de triceptiraptor et je me suis avalé cette nuit cul-sec.

J’ai reçus des nouvelles de Barth et Anaïs. L’ordinateur est chez le chirurgien, on ne sait pas pour combien de temps mais le diagnostique est plutôt positif. Il s’agirait d’un choc électrique suite à un saut de tension. Nous avons de bonnes raisons de penser qu’une défaillance du courant secteur du petit hôtel de Juchitan en est la cause puisque la tablette d’Anaïs a elle aussi subit quelques dommages. Enfin, le problème est localisé, il est d’origine matériel et il existe des solutions pour en venir à bout! Bonne nouvelle. J’envoie donc un courriel à Barth contenant les écris des 10 derniers jours (ce qui me cantonne à rester une bonne part de la journée dans un cyber de Palanque), espérant que notre machine réintègre bientôt son rôle et que l’on puisse rapidement nous mettre à jour dans nos publication. J’en profite pour faire quelques recherches techniques, historiques, géographiques ce qui rallonge mon séjour sous le ventilateur du cyber à 5 heure…

De retour à mon hamac à l’heure du goûté dans la jungle d’El Panchan, je me fais embarquer (sans aucune résistance de ma part) par mes voisin pour un latino jam session, dans la forêt, en acoustique. Harmoniquement, ça sonne tout de suite et malgré mes quelques petite difficultés à comprendre le rythme saccadé latin, le feeling est là, cette bande de joyeux lurons joue vraiment bien. On va certainement remettre ça très vite…

La nuit reprend ses droits, des cigales d’un autre genre entonnent leurs stridulations linéaires qui ne cesseront qu’au lever du soleil, tandis qu’un singe hurleur achève ses vocalises. C’est une fois installé dans mon lit (suspendu) que la nature me fait part d’un petit cadeau en envoyant une lucioles aillées dessiner des arabesques éphémères au-dessus de mon hamac…

IMG_2136IMG_2137
IMG_2138IMG_2139