Mercredi 26 juin 2013

0 km

Rue Bolívar

N 19°25,501' W 99°08,197'

2228 m

Jour 270 – Rue Bolívar

Fanch : Nous sommes dans l’attente du deuxième diagnostique .Donc, oui, nous ne parlons plus de vacance mais de… Chômage technique. La machine est en panne, et c’est triste à dire et j’ai l’impression que notre motivation en est lourdement affectée. Le suspense dure et suit une courbe exponentielle, j’arrive tout juste par moment à mettre cette question de côté.

Nous sortons avec le matos en ce début d’après midi pour faire quelque captation du centre ville de Mexico, mais c’est une mauvaise imitation de Geocyclab qui parcoure les rues comme si nous n’arrivions pas à retrouver l’énergie qui nous anime quand nous sommes sur nos vélos. Je nous trouve mou, voilà tout… Mais je ne pense pas que cela durera trop longtemps…

En attendant les projets se développent sur papiers (à défaut de se développer concrètement) et c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour retrouver la motivation qui me fuit depuis quelques jours.

IMG_2542IMG_2537

Barth : La fatigue ne part pas et je crois que j’ai pris froid… Décidément la pause forcée de Geocyclab commence a devenir pesante, pour le moral et pour le corps qui rouille sous la pluie de Mexico…

Journée morose donc, dans l’attente de nouvelles de l’ordinateur. Une petite ballade dans le centre après le déjeuner nous fait profiter d’une belle éclaircie, mais la fatigue me ramène bien vite à l’hôtel. Un doliprane, un litre d’eau et dodo… Jusqu’à l’heure du dîner, un hamburger en terrasse dans la rue piétonne à quelques pas de l’hôtel. Vers 23h, Gabriel est de retour avec quelques nouvelles fraîches de notre ordi. Les deux premières pistes ont été écartées, restent deux autres causes possibles de la panne. La première, l’alimentation qui n’est pas compliquée à changer, et la dernière, la carte mère elle-même, ce qui risque d’être nettement plus long. Les explications claires de notre ange gardien nous rassurent en tout cas, notre ordi est entre de bonnes mains et même si le verdict s’avère fatal, au moins nous n’aurons plus de doute ni de regrets à avoir…

Affaire à suivre donc. En attendant, nous avons décidé de rester une semaine ici pour être réactifs sur le dossier de l’ordinateur et pour rapatrier nos vélos qui commencent à rouiller chez Victor ainsi que le reste de nos bagages…

IMG_2535IMG_2533

 

Haiku 047 – Cilindrero

Pour ne rien manquer, nous vous conseillons l’usage d’un casque audio pour le visionnage de cette vidéo.