Jeudi 27 juin 2013

0 km

República de Chile

N 19°26,108' W 99°08,890'

2229 m

Jour 271 – Calle República de Chile

Barth : Un bon gros rhume comme je n’en avais pas connu depuis l’Espagne ou le nord du Maroc, le thé à la menthe me manque ici et les boissons fraîches omniprésentes n’ont pas le même effet. Réveil dans le pâté donc et matinée sur internet pour répondre aux nombreux mails d’encouragements que nous avons reçu en retour des nouvelles de la panne. Ça fait vraiment chaud au cœur de voir toutes ces petites attentions !

Le temps de changer de dortoir et de déjeuner et je file dans la rue des joailliers en quête d’un réparateur pour ma bague en argent écrasée dans une porte il y a quelques semaines déjà… C’est Guillaume, chez qui nous avions atterri à Mexico qui m’a donné l’adresse. Dix minutes et trente pesos plus tard, l’affaire est réglée. De retour à l’auberge la fièvre prend le dessus et je vais dormir quelques heures…

Au réveil, le verdict pour l’ordinateur vient de tomber. La carte mère est court-circuitée, la réparation coûterait beaucoup trop cher… Pour un ordinateur sensé être tout terrain, nous sommes tout simplement dégoûtés. Il va donc falloir en acheter un autre. Mais ce sera le programme de demain, car je suis toujours fiévreux et je n’ai que la force d’avaler une tortas avant de filer au lit…

IMG_2563IMG_2562

Fanch : Bon, quoi de neuf? Et bien pas grand chose de passionnant, une lessive, un coup de tondeuse… Mouai tout cela n’est pas bien passionnant mais un minimum d’hygiène doit être respecté.

La bonne nouvelle de la journée? Et bien notre ordinateur est définitivement mort, le verdict est tombé en fin d’après midi quand José notre ami barman nous à donné des nouvelles de son pote Gabriel, le chirurgien de l’hardware. Il vient de sacrifier plusieurs heures de sommeil à tester les différentes parties de notre machine pour arriver à la conclusion qu’un court circuit transforme notre carte mère en plaque chauffante et qu’elle n’est plus bonne qu’à réchauffer les tacos…. Ce n’est pas évident d’admettre qu’un ordinateur de cette gamme dans lequel nous avons investi une bonne part de notre budget et une bonne dose d’espoir (il était censé faire trois ans) puisse nous abandonner ainsi. Mais cette nouvelle à au moins le mérite de poser les points sur les « i ». Le top départ est donc donné, il nous faut trouver un autre ordinateur.

Nous nous sommes fait une raison, pas de panique donc mais il faut avouer que le temps que nous resterons à attendre le future ordinateur sera autant de jours d’aventure en moins sur le continent américain, de plus, l’auto-production a du bon mais nos ressources financière vont prendre une sérieuse claque… Ainsi va la vie, il n’y a pas de problèmes, que des solution n’est ce pas?

Aller bonne nuit!