Dimanche 30 juin 2013

0 km

Coyoacán

N 19°20,152' W 99°10,354'

2246 m

Jour 274 – Coyoacán

Fanch : Aujourd’hui dimanche. Nous avons rendez vous au sud de la ville, chez Victor, où nous allons reprendre possession de nos vélos. Nous les retrouvons fatigué, la rouille commence à envahir les parties les plus sensibles et cela cumulé à ce qu’ils ont subi lors du vol Dakar (Bruxelles-Washington) Mexico, il est vraiment temps que nous fassions quelque chose pour eux.

Nous en profitons pour déjeuner avec Victor ainsi qu’une de ses amie dans le quartier de Coyoacán. Nous prenons le temps, car  nous avons le temps ce qui en soit est plutôt agréable et relativement rare.

C’est le temps, au sens météorologique du terme qui nous presse puisqu’en cette saison, il faut se méfier des fin d’après midi, le ciel a la désagréable manie de cracher tout ce qu’il peut et rouler une quinzaine de borne sous une pluie tropicale ne me tente guère. Tout ça pour dire qu’on prend notre temps mais pas trop. Nous saluons nos amis et traversons les rues de ma ville sans encombre particulière. C’est en arrivant sur Paseo de la Reforma, échauffé par la dizaine de bornes que nous venons d’avaler à vive allure, que nous rencontrons un drôle de bonhomme, juché sur un deux roue hors du commun (qui il faut l’avouer ressemble étrangement aux nôtres) Un petit homme dont le marcel soigneusement rentré dans son pantalons met en valeur une bedaine de cinquantenaire. Il nous propose une petite pause causette sur la place de l’indépendance. Au vue de son engin que je qualifierai sans hésiter de « délirant » et de ce sourire que l’on ne peut fuir, nous donnons quelques coups de pédale jusqu’au lieu en question. Le petit homme, c’est Ruben, Ruben Castaneda. Nous prenons rapidement conscience qu’il a beaucoup de chose à nous apprendre, à nous faire découvrir. Je pense et j’espère que cette rencontre va relancer un peu notre recherche sur les Objets Libres. J’ai le sentiment que l’homme à qui nous avons affaire nous réserve quelques surprise…

Rendez vous demain à la “Una de la tarde” pour visiter son atelier.

IMG_2602

Ruben

IMG_2587

Barth : Un grand ciel bleu dès le réveil, la journée s’annonce chaude. Nous avons rendez-vous avec Victor à midi pour déjeuner avec lui et rapatrier nos vélos et bagages à l’auberge. Cinq minutes après que nous soyons arrivés devant la maison, le voici débarquant au volant de sa petite voiture citadine en tenue complète de kung-fu e accompagnée d’une de ses amies. Sacré personnage décidément que ce Victor ! Après avoir rapidement refait nos sacoches et mis nos vélos au soleil pour qu’ils sèchent un peu, nous partons tous les quatre pour une promenade dans Coyoacan en quête d’un petit resto… Un dimanche midi très agréable donc, dans ce quartier tranquille du sud de Mexico où il fait bon vivre ! De retour chez Victor nous lui disons au-revoir avec l’idée de nous revoir dans la semaine et enfourchons nos vélos pour une quinzaine de kilomètres.

Ça fait si longtemps ! C’est un plaisir de retrouver les sensations du vélo, un dimanche après-midi dans Mexico ! Nous sommes partis trop tard pour rejoindre la randonnée vélo qui se déroule chaque dernier dimanche du mois sur 36 kms autour du centre ville, mais nous doublons un de ses fidèles participants sur la grande avenue de la Reforma, qui aura vite fait de nous rattraper !

Ruben Castañeda, c’est son nom, la cinquantaine bien trempée au volant d’un engin incroyable qu’il a construit de ses mains, nous conduit jusqu’au monument de la révolution où nous faisons plus ample connaissance. De prime abord timide et discret, Ruben arbore surtout un sourire généreux et une simplicité touchante qui nous touche très vite. Mécano dans un garage, clown et danseur à ses heures perdues, sa principale passion tourne autour de la construction de vélos et autres cycles extraordinaires. Celui qu’il utilise ce jour là est à la mi-chemin entre un vélo couché et une Harley-Davidson, saupoudré d’une bonne couche de tuning à la mexicaine à base de tête de mort au yeux clignotants… La classe ! Et il y a même une sono embarquée diffusant du rock psychédélique des années soixante-dix et chose rare, à un volume sonore tout à fait raisonnable ! Il nous montre quelques photos de reproductions de vélocipèdes du 19eme siecle qui on tôt fait de pousser notre curiosité. Rendez-vous est pris le lendemain à 13h, au pied de l’immense drapeau du Zocalo, pour aller visiter son atelier !

Fin de journée repos, tri dans les bagages et écriture à l’auberge, en assistant d’un œil à une étrange réunion de chinois autour d’un prêcheur, chinois également, professant la bonne parole de Jésus made in USA, où il vient de passer un séjour… Il s’en passe des choses dans une auberge de jeunesse !

IMG_2596

Ruben

IMG_2645