Lundi 1 juin 2013

0 km

Atelier de Las Gruas Locas

N 19°26,223' W 99°07,148'

2244 m

Jour 275 – Atelier de Las Gruas Locas

Barth : Après une nuit insupportable dans la foule des moustiques, la matinée est un peu brumeuse… Toujours pas de nouvelle au sujet de notre futur ordinateur, il va falloir prendre une décision mais ce serai tellement plus sûr d’avoir l’avis de Fanch avant… Dilemne !

En attendant, il est déjà l’heure de retrouver Ruben au pied du drapeau du Zocalo. Pas beaucoup d’ombre à cette heure zénithale, heureusement Ruben est à l’heure. Et nous voici lancés dans une chevauchée fantastique dans les grandes avenues de México, en slalomant entre piétons, bus et taxis jusqu’à atteindre l’atelier des vélocipèdes, discrètement camouflé derrière l’enseigne du garage des « Gruas Locas » ( les grues folles)…

Une grande cour à moitié couverte et entourée de petits locaux, bureaux, ateliers, entrepôts, c’est le décor dans lequel nous nous immergeons pour quelques heures. Ruben nous présente Victor Manuel Rojas Caballero qui semble être le propriétaire des lieux, et dans la foulée, son fils Victor Manuel Rojas Palma qui parle quelques mots d’anglais, facilitant grandement les échanges qui suivent. En quelques instants, Ruben nous présente une collection de vélocipèdes de tailles différentes, et nous montre les réalisations du moment, un tricycle-carriole qu’il fabrique de toutes pièces. Victor père nous présente une photographie de 1874, où figure son arrière-grand-père parmi les participant d’une des toutes premières randonnées en vélocipèdes à Mexico ! Le ton est donné, ici la passion des cycles est une tradition ancestrale !

En sirotant quelques bières, nous prenons le temps de montrer nos réalisations à nos hôtes, les images parlant mieux que mes rudiments d’espagnol. Victor semble séduit par les haïkus et par le portrait de Fall Meissa au Sénégal. Il tient à nous présenter un sculpteur qui utilise des pièces de mécanique automobile, et également à se prêter au jeu d’un portrait de son atelier. Il va essayer de contacter le propriétaire de l’immense tri-vélocipède qu’il nous a montré en vidéo afin que nous puissions faire quelques images ! Nous convenons de jeudi et vendredi pour réaliser tout ceci… Avant de nous quitter, une petite démonstration des vélocipèdes dans la rue devant l’atelier, au beau milieu de la circulation, achèvera de nous combler. Belle rencontre avec ces trois bricolo-rêveurs, et affaire à suivre donc !

De retour à l’auberge, pas grand chose à signaler, soirée classique à l’auberge, entre écriture, discussions multilingues, tacos et cerveza…

IMG_2627IMG_2619
IMG_2620IMG_2613

Fanch : Gruas Locas, c’est le nom de l’atelier de Ruben Castaneda, l’homme-clown que nous avons rencontré hier. Après avoir franchit l’imposant portail rouge, nous découvrons ce qui ressemble d’avantage à un garage qu’à un atelier. Une dépanneuse et plusieurs voitures sont entreposées sous un large toi de taules ondulée, elles bloquent l’accès au fond du hangar mais malgré tout, je repère rapidement le vélocipède suspendu à quelques mètres de hauteur.

À peine arrivé, Ruben qui au delà de son look excentrique semble plutôt de nature introvertie, nous présente à Victor Manuel Rojas Caballero son ami et collègue de longue date. Ce dernier nous accueille d’une poignée de main franche et chaleureuse. Pendant que nous échangeant quelques mots en guise de présentation, Ruben disparaît au font du garage, des bruit de métaux s’entrechoquant retentissent de derrière la dépanneuse ce qui nous laisse penser qu’il fouille et trifouille à la cherche d’un trésor ou d’un objet qui n’a pas vu le jour depuis fort longtemps. Il revient avec un grand-bi, il le dépose et repart dans la même direction et à  nouveau, nous entendons des « chcling clang bing dong » sonner mais nous ne voyons rien. A la fin de notre discutions avec Victor M.R.C. Ruben nous à préparé et mise en scène 3 grands-bis et un tricycle qui autrefois furent confectionnés ici même. Ruben et Victor en sont fière et ils ont raison. Une séance photo s’improvise, Victor M.R.C. s’en retourne à bureau et Ruben nous propose d’aller acheter une petite bière, nous l’accompagnons donc jusqu’à la boutique d’à coté. Notre ami sort de là avec trois bouteille ce qui pourrait paraître raisonnable si elles n’étaient pas si énormes, 1,20 litre par personne sous soleil de 15h, ça risque d’être… Fatiguant.

De retour à Las Groas Locas, Victor Manuel Rojas Palma que nous avions aperçu avant de faire les courses et qui se trouve être le fils de Victor M.R.C., nous guide vers un des bureaux pour nous montrer cette vidéo tourné il y a une vingtaine d’années de cela (Ruben, c’est le mec qui grimpe sur le sommet de l’engin).

Inutile de préciser que ce tricycle nous intéresse, c’est un peu la cerise sur le gâteau. Je ne sais pas encore comment nous allons nous y pendre mais un portrait de « Las Gruas Locas » s’impose. Certainement pas aujourd’hui car les conditions ne s’y prêtent pas (la bière commence à faire effet) mais nos nouveaux amis, clairement intéressés par notre projets nous proposent de nous revoir Jeudi (pour rendre visite à un de leurs amis sculpteur), puis Vendredi pour se rendre chez l’heureux propriétaire du tricycle géant… Le fait d’être un peu bourré ne m’inquiète pas vraiment, nous aurons l’occasion de nous rattraper. Histoire de finir en beauté, les joyeux lurons me propose de monter sur un de leur grand-bi. Ce n’est peut être pas le moment idéal mais j’accepte la proposition. Mais une fois en assis sur le haut du bicycle, je ne suis vraiment, vraiment pas à l’aise, mort de rire…Je veux juste descendre de là. Je crois qu’il y aura des images, vous jugerez de mon états par vous même…

IMG_2609IMG_2696

IMG_2673

Victor Manuel Rojas Palma

IMG_2655

Victor Manuel Rojas Caballero