Jeudi 4 juillet 2013

6 km

Atelier de Bernardo Gomez

N 19°26,228' W 99°07,228'

2434 m

Jour 278 – Atelier de Bernardo Gomez

Fanch : Nous chevauchons nos montures et partons à la rencontre des bidouilleurs de Las Gruas Locas qui tiennent absolument à nous présenter un ami sculpteur. Nous retrouvons Ruben, Victor père et fils et rencontrons Manuel, l’oncle du fils et le frère de père… Enfin bref, Manuel parle quelque mot de français et un peu anglais, sa mission consiste à briser ne serait ce qu’un tout petit peu la barrière linguistique. Ruben reste ici pour bosser, nous autres, montons dans la Ford de Victor fils. En avant tout sur les rocades de Mexico. Après avoir éclaté un pneu sur la 4 voie, changé la roue en mode « on n’a pas que ça à faire mais sans clés à pipe c’est pas pratique » nous arrivons à bon port…Entier.

Bernardo Gomez nous souhaite la bienvenue dans son atelier qui à l’image de celui des Gruas Local ressemble d’avantage à un garage qu’à autre chose. Il est donc un mécanicien et ne manque pas d’idées pour combler ses heures creuses. Rapidement, le sculpteur nous présente quelques une de ses oeuvre qu’il extrait au compte goût du coffre d’une veille bagnole. Animaux de métal, voiture imaginaire, clochettes à écrou et autres insectes géant inondent le trottoir d’en face pour se glisser sous l’objectif de Barth. J’avoue être d’avantage séduit par le sculpteur que par ses sculpture même si j’en apprécie les qualités techniques. Mais quoi qu’il en soit je suis conquis. Pendant que Victor père et fils font les guignols et se prennent mutuellement en photo, Bernardo, exhibe fièrement une pochette de papier contenant ses diplômes, prix et articles de journaux concernant son travail. Nous avons à faire à un petit homme d’une soixantaine d’années, sérieux et réservé mais qui n’hésite pas à faire de grands gestes exagérés quand il s’agit de se faire comprendre ce qui lui confère une bonhomie réellement agréable. Nous discutons longuement pour ne probablement pas dire grand chose, mais qu’importe, nous faisons de notre mieux pour communiquer et je crois que cela est apprécié.

Durant cet entretiens, je ne peux m’empêcher de repenser et de faire un petit clin d’oeil à F.M. l’homme au vélo de Saint Louis….
La voiture nous dépose à Las Gruas Locas, après une petite séance durant laquelle les deux Victor s’essaient (avec succès) au vélo couché, nous n’échappons pas à ce que nous nous étions promis d’éviter. Le ciel est énervé, le vent se lève, L’orage frappe sans retenue et Mexico est plongé sous une pluie froide et torrentielle. Allez… On se mouille!

IMG_2758IMG_2771

Bernardo gomez

Bernardo gomez

IMG_2888

Barth : Couchés tard, lever cotonneux… Heureusement nous avons jusqu’à 13h30 pour émerger totalement, faire un peu de courrier et autres réseautages numériques, avant d’enfourcher nos vélos en direction de l’atelier des Gruas Locas.

Ruben est en plein boulot en train de souder des poutres métalliques en vue de la fabrication d’une nouvelle grue ! Mais les Victors père et fils sont au rendez-vous, accompagnés de Manuel, le frère de Victor père, qui pourra nous aider un peu pour traduire car il est en train d’apprendre le français et l’anglais… Et nous voilà en route pour la visite de l’atelier de Bernardo, bien calés à cinq dans le vieux carrosse de cette famille de mécanos. L’éclatement d’un des pneus arrière nous fera perdre une dizaine de minutes, le temps d’emprunter une clé à la patrouille de police qui est venue tuer le temps en encadrant l’opération de changement de roue… Et nous arrivons dans un autre garage/atelier, attendu par le propriétaire des lieux qui nous reçoit comme si nous étions une équipe de télévision. Je soupçonne vaguement Victor père de nous avoir légèrement sur-vendus !

Toujours est-il que nous passons là quelques heures à admirer les réalisations de cet artiste mécano, qui quoique très différent, nous rappelle inévitablement notre rencontre avec Fall Meissa à Saint-Louis au Sénégal. La discussion est assez limitée mais nous sommes comblés par la présentation des sculptures réalisées à partir de ferrailles de toutes sortes, la collection de coupures de presse, la démonstration de soudure sur une des œuvres en cours, et cerise sur le gâteau, la présentation d’un système de récupération et de filtrage de l’eau de pluie très astucieux. Une belle rencontre, peut-être un peu trop préparée par nos intermédiaires pour rester totalement spontanée, mais nous ne regrettons pas d’avoir fait ce crochet à l’autre bout de Mexico !

Au moment de repartir en vélo de l’atelier des Gruas Locas, après avoir fait essayer le vélo couché aux deux Victors avec grand succès, un orage éclate soudainement, nous obligeant à nous abriter une bonne demie-heure. Une fois le coup de vent et le déluge un peu calmés, le froid nous résigne à traverser les gouttes encore grosses, uniquement armés de nos t-shirts. Nous arrivons donc trempés et frissonnants à l’auberge où on commence à faire partie du décor ! La soirée ne se termine pas très tard, après toutes ces émotions, il est bon de dormir au sec !

IMG_2817

Bernardo Gomez

IMG_2906

Manuel


Victor Junior

Victor Junior

Victor Caballero

Victor Caballero

IMG_2730IMG_2924
IMG_2747