Lundi 15 juillet 2013

0 km

Calle Isabel la Católica

N 19°25,366' W 99°08,143'

2228 m

Jour 289 – Calle Isabel la Católica

Barth : Lundi, mi-juillet déjà..! Oscar et Nathalie sont levés avant nous et nous les rejoignons pour un copieux petit déjeuner ! Royal même ! Au menu du jour un petit tour dans le centre pour lancer la recherche de matériel en vue de l’installation que nous allons réaliser à la Casa Biciteka. Pour commencer en douceur, nous repassons à l’auberge Amigo pour retrouver Guillermo toujours accroché à ses tournois de poker en ligne. Nous allons donc déjeuner ensemble avant d’entamer notre tournée…

Tout d’abord direction l’atelier des Gruas Locas pour aller saluer Ruben et voir s’il peut nous aider à récupérer un peu de matériel, en particulier des bidons métallique. Il est bien là, en train de se préparer à déplacer le système de grue d’une dépanneuse à une autre… D’emblée il nous fait comprendre qu’il est passé à l’auberge la veille et qu’il ne nous a pas trouvé. Nous l’informons de notre déménagement et il nous fait visiter un ancien local de réunion d’alcooliques anonymes à l’étage de l’atelier, et nous explique que Victor Caballero, le patron et propriétaire des lieux, consent à nous le louer pour 100 pesos par jour ! Cool, encore un point de chute si notre séjour doit se prolonger. Après lui avoir présenté notre projet et convenu d’un rendez-vous jeudi au local de Bicitekas, nous laissons Ruben se plonger dans son défi mécanique.

Sur la route qui nous mène jusqu’à la Casa Biciteka, un gamin d’une quinzaine d’années tout au plus, nous bouscule en vélo et nous attend quelques mètres plus loin. J’ai l’appareil photo à la main et je sens tout de suite que c’est ce qui attire sa curiosité. Quelques insultes en anglais en pointant du doigt l’appareil, tandis que l’autre main semble chercher quelque chose à sa ceinture suffisent à laisser planer un doute quand à ses intentions. Je lui demande en espagnol s’il veut que je le prenne en photo, ce qui semble avoir pour effet de calmer son étrange agressivité, et je m’exécute donc sans trop me faire prier. Nous n’en saurons pas plus sur ce gamin dont les dernières paroles à notre adresse seront : « Cocaïne ?.. Héroïne ? What do you want ?… »

Après quelques kilomètres à pied dans des rues envahies de marchands de tous poils, nous arrivons donc à la Casa Biciteka, où sont en train de travailler Ernesto et Oscar que nous avions rencontré l’autre jour. Même topo, nous leur expliquons notre projet d’installation, faisons un point sur le matériel nécessaire et convenons de venir nous installer ici jeudi. Une date a été trouvée également, le vendredi 26 juillet à 20h, aura donc lieu une présentation de Geocyclab, une projection de nos haïkus et l’ouverture au public de notre installation interactive. Reste à rédiger un petit textes assortis d’images pour assurer la bonne communication de l’événement. Nous ne traînons donc pas trop, repassons à l’auberge Amigo pour saluer José et avaler une bière avant de retourner chez Oscar et Nathalie. Un peu de boulot, un bon dîner à base de tacos végétariens, suivi d’une soirée musicale d’essai de tous les instruments présents dans la petite maison sous forme de Jam Session mexicano-irlando-jazzo-africaine…

Oscar et Sergio

Oscar et Sergio

Central del Pueblo

Central del Pueblo


Guillermo

Guillermo

IMG_3131

Fanch : Après un petit déjeuner remarquablement végétarien, cette journée est consacrée aux « On passe voir »

On passe voir Guillermo pour la traditionnelle “Comida Corrida” de midi (ça sonne mieux que “cantine” mais c’est exactement la même chose), maintenant que nous avons aménagé notre Q.G. au sud de la ville, il nous faut rendre visite à notre ami et comme au « bon vieux temps », se délecter d’une soupe de pâtes et d’une omelette au fromage baignant dans la sauce.

On passe voir notre ami Ruben de Las Gruas locas car il détient sûrement de nombreuses information qui nous serons utile pour trouver le matériel nécessaire à l’installation sonore possiblement prévu à La Casa Bicitekas. Conclusion de la conversation: Il va tenter de nous aider en se renseignant autour de lui et doit normalement nous faire signe jeudi prochain.

La série continue avec le « On passe voir Biciketas » confirmer notre aménagement dans les locaux du collectif ainsi que pour définir la date de la restitution de notre « résidence ». Nous nous installerons jeudi prochain et nous présenterons publiquement notre voyage, nos Haikus et une installation sonore environs dix jours plus tard.

Le dernier « On Passe voir », c’est pour saluer José notre barman mexicain préféré avant de reprendre le métro pour rejoindre nos hôtes qui non contents de nous avoir offert le repas du matin nous préparent celui du soir, tacos de pleurotes au menu.

Après le dîner, nous aurions dû passer voir James, de Rancho Electronico mais la « partie » à été annulée et reportée à  demain. Barth ne se démonte pas, il semble vouloir prendre en main nos problèmes de disque dur et insiste pour trouver une solution. J’ai l’impression que cela lui tient à coeur autant que ça lui prends la tête.

Mais quand le mezcal de Oaxaca est servi, mon cher compagnon de route marque une pause et se libère pour trinquer avec nous et comme s’il la boissons avait emportée le pli, Barth nous fait honneur de sa présence toute la fin de soirée. Une soirée mélodique, tout le monde met la main à la pâte… Soirée cumbia!

José

José

Hostal Amigo

Hostal Amigo


Oscar et Nathalie

Oscar et Nathalie

IMG_3121