Jeudi 18 juillet 2013

10 km

Central Del Pueblo

N 19°26,266' W 99°07,564'

2229 m

Jour 292 – Central Del Pueblo

Fanch : C’est parti pour un remballage. J’aligne mes sacoches pour les remplir méthodiquement, un reflex né du voyage que je n’a pas encore perdu depuis que ne nous bougeons plus. Nous quittons l’appartement de Nathalie et d’Oscar à qui nous n’avons pas dit adieu car nous allons nous revoir dans les jours qui viennent. La fait de ne pas partir rend les au revoir plus facile, c’est un peu notre lot de consolation…

En route pour la Central Del Pueblo, ancien couvent situé à proximité du centre historique de Mexico. Quelques appartement partagent l’espace avec plusieurs locaux d’associations culturelles dont l’atelier de Bicitekas. Nous sommes reçu par Oscar et Sergio. Ce dernier, après avoir inspecté nos monture et proposé de nous aider à les remettre à neuf nous fait faire le tour du propriétaire. Nous dormirons ici ce soir ainsi que toute la semaine à venir, sur la mezzanine surplombant de l’atelier de réparation de vélo. L’ambiance est plutôt cosy, Sergio nous laisse un trousseau de clés, ça y est, on peut dire nous sommes chez nous.

Les livres et magazines de la petite bibliothèque de la mezzanine nous rappellent étrangement que l’univers dans lequel nous sommes tombés jouxte celui du hacker, de l’herboriste, de l’activiste anarchiste. (ex: Nowtopia, how pirates, programmers, out law bicyclistes and vacant lot gardeners are inventing the future today)…

IMG_3218IMG_3216

Barth : Nous levons le camp ce midi. La matinée est consacrée au rangement de nos sacoches et à quelques mails dans la petite maison vide de nos nouveaux amis. J’écris un mail à l’équipe de Linux Quimper pour les informer des dernières nouvelles de notre disque dur, histoire de gagner du temps pour la suite… Étrange sensation de claquer derrière nous la porte de cette bulle reposante et ressourçante au cœur de Mexico, malgré la certitude de se revoir très bientôt ! Je ne pensais pas si bien dire, quelques coups de pédales et nous tombons sur Nathalie qui rentre de son cours de Shiatsu. Nous partageons un déjeuner avec elle aux abords du marché en discutant de sa vie à la Réunion, au Mozambique, en France et aujourd’hui à Mexico.. Le nomadisme à une autre échelle ! Avant de refaire les dix kilomètres nous séparant du centre historique…

Une rapide halte à notre ancienne auberge pour leur demander s’il est possible de nous faire livrer l’ordinateur chez eux, « no problem » me répète trois fois le patron, et nous voici arrivés à la Casa Biciteka quelques minutes avant la pluie. Oscar, Cesar et Sergio nous accueillent bien tranquillement, tout en retapant quelques vélos à pignons fixes… Notre nouveau QG est une mezzanine meublée d’un lit, d’un canapé et d’une bibliothèque, suspendue au-dessus de l’atelier de réparation des vélos. Un bloc sanitaire sommaire est caché sous le monumental escalier de la cour et l’installation électrique est construite en système D, mais l’ambiance décalée et accueillante qui règne ici nous promet de chouettes moments. Nous faisons connaissance avec Octavio, le doyen des lieux qui nous est présenté comme artiste, et Camillo, un baba cool bien marrant qui nous donne son numéro de téléphone pour qu’on puisse le prévenir si on se retrouve coincés dehors un soir en rentrant tard…

Prise de repères dans ce nouvel univers, prise de nouvelles au sujet du chantier à venir, du matériel, de la communication, les choses ont l’air lancées. Nous sortons dîner une quesadillla dans la rue en surveillant si Ruben ne passe pas avec son vélo spatial pour nous annoncer qu’il a trouvé les quatre bidons métalliques que nous cherchons… En vain.