Mardi 30 juillet 2013

0 km

Calle 5 de Febrero

N 19°25,532' W 99°08,423'

2227 m

Jour 304 – Calle 5 de Febrero

Fanch : Le temps passe…

Et oui encore… On part aux emplettes pour trouver de la peinture mais aussi du câble supplémentaire pour affiner notre installation. Nous avons à présent quelques points de repères ce qui facilite les choses, tel rue va correspondre à tel ou tel marchandise, et en plus de trouver ce que nous recherchons plus rapidement nous évitons le coin des sacs à main roses bonbon.

Au retour, de passage à notre ancienne auberge pour un petit coucou à Jose, c’est Charlotte et Nofun que nous rencontrons, un couple de dijonais adeptes de (A)Narco-punk qui viennent de débarquer à Mexico city. Et paf je retourne quelque mois en arrière le jour ou nous avions atterris dans ce squat à quelque bornes au sud de la Rochelle. Charlotte est là pour ses étude d’art et Nofun l’accompagne, il resterons 5 mois. Enfin bref, la discutions est sympathique, malgré nos mode de vie différent, nos goûts musicaux aux antipodes (encore que…) le courant passe bien et nous sommes amenés à nous revoir bientôt.

IMG_3632IMG_3629

Barth : Après une matinée de mesures, de réflexion, et de listage du matériel manquant afin d’améliorer notre installation pour le festival Focaculta qui fait étape à la Central del Pueblo dimanche prochain, nous partons à pied faire le tour des magasins. Il est déjà tard et nous commençons par une pause déjeuner dans un café du centre. Comme il y a la wifi, nous en profitons pour faire quelques mails, en particulier confirmer notre venue à Oscar qui est d’accord pour nous offrir une douche !

Ensuite, plus le choix, il faut s’y coller, c’est parti pour la tournée des magasins… Tout d’abord, trouver de la peinture noire en bombes, pour repeindre les quatre tambos, l’affaire est réglée dans une boutique de fringues qui vend un peu de matériel pour graffeurs. Ensuite, un petit tour au bout de la rue Uruguay pour y prendre un peu de gaine thermoformable pour gérer les raccords électriques, puis direction la rue de quincailliers pour y reprendre du câble… Un petit tour par le surplus militaire aperçu la semaine dernière pour leur demander en vain s’ils ont des hamacs ultra-légers et nous décidons d’en rester là pour aujourd’hui.

Un petit saut pour boire une bière à l’auberge Amigo, et prévenir José que nous allns refaire l’installation dimanche. Nous y rencontrons Charlotte et Nofun, deux français qui viennent de débarquer pour un séjour de six mois au Mexique. Charlotte, étudiante aux Beaux-Arts de Dijon, est ici dans le cadre d’un échange international, et avec Nofun son copain, tous les deux punks jusqu’au bout des ongles, nous ne mettons pas longtemps à sympathiser. Mais nous ne traînons pas à rentrer à Biciteka, on se reverra bientôt…