Mercredi 31 juillet 2013

0 km

Calle Canarias

N 19°21,485' W 99°08,520'

2241 m

Jour 305 – Calle Canarias

Barth : Au réveil, tout en sirotant un café, Octavio vient nous présenter une de ses œuvres, une toile de presque trois mètres par trois mètres qu’il avait laissé dans différents endroits de la ville, accessibles aux colleurs, grapheurs, militants de tous poils, qui n’ont pas manquer de recouvrir cette petite surface dédiée ! Je n’ai pas saisi absolument toutes les données de l’affaire, l’espagnol au réveil ça passe pour des choses quotidiennes, mais pour une explication d’oeuvre c’est un peu direct.

Ensuite, après avoir décroché les quatre tambos toujours accrochés aux piliers de la cour, Fanch se lance dans la peinture noire et je prépare un peu les câbles tout en faisant quelques opérations informatiques grâce à l’ordinateur d’Oscar (biciteka). Puis débarquent Charlotte et Nofun, qui ont trouvé sans mal la Central del Pueblo, suivis par Sergio. Les conditions sont réunies pour une pause déjeuner à cinq dans une autre petite cantine que Sergio connait.

Une fois restaurés, il nous reste à finir la peinture et ranger un peu nos affaires avant de prendre un métro jusque chez Oscar et Nathalie. Nous y passons une soirée tranquille en compagnie de Lucho, un ami argentin d’Oscar qui reprend l’avion le lendemain matin très tôt. Il nous prépare des croquettes d’épinards absolument délicieuses, qui précèdent une tournée de douches plus qu’attendues après cette semaine de bricolage à Biciteka ! Tout est prêt pour une bonne nuit réparatrice…

IMG_3738IMG_3736

Fanch: Nofun et Charlotte débarquent à la Central , alors que je suis en plein dedans, je viens à peine de terminer la peinture du deuxième tambos, il me reste à poncer puis à repeindre les deux derniers. On prends malgré tout le temps de discuter à la cantine avec notre ami Sergio qui, le pauvre se retrouve seul avec 4 blanc-becs plutôt du genre bavards.

J’achève ma mission tambos alors qu’il est déjà 18h. Nous rangeons expressément nos affaires pour filer chez notre ami Oscar ou nous séjournerons un peu plus de 24 heures, histoire de prendre une douche (enfin) mais aussi de régler quelques tâches administratives car internet nous fait défaut ici… Autant que la salle de bain.
Nous y voilà, le fait d’avoir séjourné ici quelque temps puis de revenir me procure la sensation de rentrer à la maison. C’est donc chez Oscar (et Nathalie qui est en vadrouille) que nous rencontrons Luciano, surnommé Lucio amis argentin de notre hôte. Mais tout le monde semble fatigué, la soirée aurait peut être été plus long si nous n’avions pas été si pressés de retrouver notre douce Morphée respective. Nous n’en saurons pas beaucoup plus sur Lucio, dommage, il rentre demain en argentine, mais qui sait… Le monde est petit paraît il !

IMG_3728IMG_3699