Mardi 20 août 2013

0 km

Central Del Pueblo

N 19°26,279' W 99°07,498'

2227 m

Jour 325 – Central Del Pueblo

Barth : Encore une matinée bricolage en solo pendant que Fanch retourne à l’hostal Amigo. Je m’occupe en premier lieu du porte-bagages, l’occasion d’améliorer un peu le système d’accrochage. Il semble que notre tranquillité soit remise en question, deux américaines de Los Angeles viennent de débarquer et Andres va aussi passer la nuit ici… Fanch décide de laisser son passeport à l’auberge et revient pour déjeuner, toujours sans ordi. Le bug d’UPS commence à être pesant, mais apparemment il n’y a pas grand chose à faire…

La pluie vient confirmer la venue d’une après-midi bricolage, à deux, ça faisait longtemps, et j’enchaîne tard le soir pour repenser totalement mon système d’appuie-tête et de rétroviseur, avant de trouver un petit coin sur le parquet de la mezzannine entre les ronflements étranges d’Andres et une montagne de bagages… Ambiance auberge de jeunesse !

IMG_3713IMG_3720

Fanch : Satut UPS du jour : retenu en entrepôt. Le colis ne sera donc pas livré aujourd’hui.
Je contacte Anne claire, ma frangine et en profite pour lui demander d’appeler UPS France pour plus de renseignement.
Bon apparemment ça arrive souvent que les colis restent bloqués à l’entrepôt, ce n’est que le 5ème jour de retard, ne stressons pas pour cela…

Pour oublier un peu cette histoire de livraison, je rejoint Barth à la Central pour bosser sur mon porte bagage qui ne s’est pas remit des ses émotion du Maroc. En deux temps trois mouvement il est réparé. Nous n’avons pas trouvé de poste à souder l’aluminium mais un artisan du quartier a intégré une épaisse tige d’acier à l’intérieur du tube rompu. Ça fera parfaitement l’affaire.

Je m’attaque au feu arrière justement fixé sur le porte bagage et réussi rapidement (à ma grande surprise à le transformer en feu stop. Quand j’actionne le frein arrière, il s’allume. Pour faire fonctionner ce petit gadget (j’aime bien les petits gadget), il m’a fallu détourner un tout petit peu le boîtier, y percer un trou pour faire passer deux câble directement connectés à la batterie de la lampe. Si les autres extrémités du câble se touchent, le courant circule et la lampes allume. Il me reste à trouver comment créer un contact quand j’actionne le frein… C’est fait, à l’aide d’un petit ressort et d’une gaine caoutchouc ajouté au système de frein arrière le prototype fonctionne… Impec, c’est encore plus simple que je ne pensais.

Ce soir nous sommes 5 à dormir sur la petite mezzanine de bicytekas,
Deux américaines sont passage dans les partage et Andres, un jeune natif de Tihuana vient de se taper pas loin de deux milles kilomètres pour venir jusqu’ici… En vélo bien sur. À l’heure ou j’écrit, Tout le monde dort excepté Barth qui finalise sa bécane. Quand à notre ami de Tihuana, il est somnemdule et s’assoie toute les cinq minute pour marmonner des parole qui ne doivent certainement rien dire, même en espagnol… Ça promet.