Lundi 2 septembre 2013

8 km

Colonia Roma

N 19°24,558' W 99°09,347'

2231 m

Jour 338 – Colonia Roma

Fanch : Après avoir passés la soirée, puis la nuit chez Lalou, je laisse Barth à ses affaires et passe à la banque pour y faire un dépôt d’argent. Cette démarche qui consiste à déposer un papier ainsi qu’une sommes d’argent sur un compte de la douane mexicaine n’est en soit pas très compliquée mais Lalou m’accompagne… Sait-on jamais. Tout ce déroule sans accrocs, une bonne chose de faite. La suites se déroule au cyber, signature et scanner, l’affaire s’est réglé a coup de billets ce qui ne m’enchante guère mais nous devrions réceptionner notre ordinateur demain… Cette histoire s’achève enfin.

Pour fêter ça, on s’offre un petit déjeuner à la française, enfin presque. Baguette rustique et beurre salé (vous n’imaginez pas comme c’est bon), jambon Serrano, fromage, oeufs aux plat et purée d’avocat aux oignons rissolés… Disons que ça requinque!

IMG_0715IMG_0716

Barth : Les moustiques ont un peu perturbé le sommeil mais nous finissons par émerger. Le temps d’avaler un café et de prendre une douche et Fanch et Lalou filent à la banque pour effectuer le paiement des frais de douane. Je reste à l’appart pour organiser un peu la suite par mail, contacter José pour passer chez lui lancer la copie de nos données ainsi qu’Oscar et Nathalie en vue de notre séjour prochain chez eux. Je suis interrompu par une coupure d’électricité…

Fanch et Lalou sont de retour avec quelques victuailles pour déjeuner et la bonne nouvelle du paiement effectué. Fanch nous prépare un brunch à l’européenne, la panne de courant est réparée, il s’agissait juste d’un agent qui est venu couper le compteur pour une sombre histoire d’impayé des locataires précédents.

En milieu d’aprem je laisse Lalou et Fanch rentrer à la Central del Pueblo et je file chez José qui a une heure de battement entre deux cours. Le temps de brancher ordi et disques durs, de lancer la copie, de boire un verre et de papoter, et nous ressortons. Je ne traîne pas, le vent s’est levé, le ciel est noir, ça sent l’orage !

Quelques gouttes esquivées de justesse et je retrouve tout le monde à Casa Biciteka. Sergio, Lalou, Maria et Fanch sont chauds pour aller manger loin en vélo, je me contenterais de quelques tacos et d’un détour au cyber qui m’épargnent une pluie en vélo. Fanch revient bien vite en compagnie de Sergio, avec qui nous buvons un thé en lui montrant quelques photos de l’Europe et de l’Afrique sur son vieil ordinateur. Étrange sensation que de replonger quelques mois en arrière, et de mesurer à quel point la route nous manque…