Mardi 17 septembre 2013

0 km

Arena México

N 19°25,452' W 99°08,541'

2230 m

Jour 353 – Arena México

Barth : La relance des publications sur le site a suscité plein de commentaires et de mails de nos lecteurs, ce qui redonne le moral et du courage pour la suite ! Et l’urgent dans les choses à faire consiste à mettre à jour notre dossier de présentation en y intégrant les productions de cette première année. Avec le traduction en anglais du site qu’Anaïs est en train de terminer, ce sont les deux choses qui nous manquent pour à la fois relancer les demandes de subventions et de bourses et également préparer notre séjour aux USA.

Je dégrossi donc un peu cette affaire jusqu’en fin d’après-midi, où le retour d’Oscar de l’université annonce la pause. Nous filons dans le centre avec lui pour rejoindre Damien et Marie-Laure et aller tous ensemble assister à quelques combats de lucha libre ! Enfin !

Ce n’était pas gagné d’avance entre les trombes d’eau du soir et les soucis d’orientation de nos amis, mais finalement nous arrivons à l’arène dans les temps, rejoins par Nathalie sur le fil. Et c’est parti pour deux heures de spectacle, entre comédie et performances sportives. L’arène est immense et aux trois quarts vide, l’ambiance n’est donc pas survoltée et quelques courants d’air gâchent un peu le confort mais c’est suffisant pour se faire une idée de ce que représente cette tradition dans la société Mexicaine. Une chouette soirée qui se termine autour d’une soupe et de tacos avant de rentrer au chaud et au sec pour la nuit…

IMG_4070IMG_4071

Fanch : Histoire de faire un petit bilan de la semaine passé concernant les recherches de subventions, nous nous offrons une petite réunion de travail via Skype en compagnie d’Anais. Et oui, j’ai déjà dû en parler mais Anaïs nous donne un sérieux coup de main qui, en ce temps de crise, s’avère être une aide considérable. Les résultats de la semaine sont positifs, de notre côté on avance bien dans les dossiers et de son côté Anaïs a contacté plusieurs Fablab et hackerspace aux USA et s’attaque à la traduction anglaise du site web de Geocyclab afin d’élargir notre visibilité médiatique. Encore une fois, merci Anaïs.
Il est 15h, il ne nous reste que deux heures de boulot durant lesquelles je vais examiner quelques appels à projets avant que nous ne rejoignons, en compagnie d’Oscar, Damien, Marie Laure et Nathalie pour un match de lucha libre! Enfin!

Alors, le catch mexicain… Ça donne quoi. Et bien, c’est un peu comme à la télé mais en vrai. C’est du show, de la comédie et des cascades. J’avoue être resté un peu sur ma faim car avec une salle au trois quart vide, l’ambiance presque froide n’était pas au rendez vous. D’autre part, même si je savais vaguement à quoi m’attendre, je ne suis malheureusement pas de ceux qui jubilent devant une comédie de ce genre … Je le savais, je le savais! Je me suis dis que peut être qu’en vrai je serai pris pas l’euphorie de moment… Et bien non, pas vraiment. Ceci dit, ce sport colporte sur ses épaules une véritable histoire certainement passionnante à étudier et que tout mexicain qui se respecte pourra vous raconter. C’est comment dire… C’est à la fois ringard et noble et malgré mon manque de réceptivité, je pense comprendre les raisons qui font de cette discipline l’un des symboles de la culture populaire mexicaine depuis plusieurs dizaines d’années.