Samedi 28 septembre 2013

0 km

Calle Canarias

N 19°22,284' W 99°08,497'

2240 m

Jour 364 – Calle Canarias

Fanch : La sédentarisation est une lutte permanente. La phase que nous traversons actuellement est peut être (selon moi) la plus difficile depuis le départ. Je ne parle pas ici d’atroces souffrances, de tristesses, de malheur ou d’autres termes de ce champs lexical. Non, je parle d’endurance psychologique. Comment conserver sur une si longue période notre motivation initiale, celle qui nous pousse vers l’avant? Avec quoi alimenter notre mental pour qu’il produise l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de Geocyclab (et il en faut). J’ai parfois un bras qui tombe, pouf, heureusement que je ne suis pas manchot car le deuxième est là pour relever le premier… Et quand bien même les deux se casseraient la gueule simultanément, Je sais que Barth sera là pour m’aider, il est cool Barth, c’est rassurant.

Non, nous ne sommes pas au fond du trou mais parfois, il fait sombre comme dans un tunnel et il reste un peu de chemin à parcourir avant que la lumière du jour ne nous éblouisse. C’est précisément dans cette lumière que je me projette, que j’imagine, et c’est justement sa lointaine chaleur qui me permet d’avancer…

IMG_4274IMG_4277

Barth : Le dossier est enfin terminé, relu, corrigé, prêt à être imprimé en vu du rendez-vous de lundi. Un petit point avec Anaïs et on peut dire que c’est une bonne chose de faite ! Si vous voulez jeter un œil, voici un lien pour le télécharger : dossier

La traduction est bien avancée également, c’est un peu fastidieux tant que les problèmes techniques ne sont pas résolus, mais il importe de pouvoir présenter notre site en anglais aux nombreux contacts que nous sommes en train de prendre en Californie.

De cette fin de journée, je me souviens de délicieuses crevettes flambées à la vodka préparées par Nathalie, du début d’un film à la télé, avant de sombrer dans un sommeil profond.