Lundi 28 octobre 2013

0 km

Calle República de Argentina

N 19°26,300' W 99°07,516'

2228 m

Jour 394 – Calle República de Argentina

Fanch :  Je me réveil au centre ville et me prépare pour un ultime aller-retour à Portales, l’objectif de ma mission est de rassembler puis de rapatrier mes affaires à la Casa Bicitakas. J’en profite au passage pour régler cette histoire de réservation de bus en ligne car avec deux bécanes comme les nôtres ce genre de disposition n’a rien de superflue.

Depuis son lieu de travail et après avoir téléphoné à la compagnie concerné pour obtenir quelques informations concernant le transport de vélo, c’est finalement Roxana qui nous sauve la mise en réservant les billets… Merci Roxana, ce petit pépin de payement « online » m’aurait presque rendu nerveux. Enfin bref, c’est une bonne chose de faite, je fonce en ville, passe à la laverie, avant d’aller régler, toujours via internet un petit peu administratif personnel qui en ce moment remonte à la surface. Sachant que nous n’aurons pas ou peu d’accès au web durant les prochains jours, autant s’occuper de ces désagrément tout de suite.

Et enfin, je souffle un bon coup à la central… Sheko alias Sergio (ou l’inverse, je ne sais jamais) est à son poste avec Cesar, Barth ne va pas tarder. Puis c’est Juan Carlos qui pointe le bout de son nez, Roxana, Nofun et Charlotte accompagnés d’une amie voyageuse, et enfin, Lalou et Maria. C’est l’heure des adieux, ce coup ci ce n’est pas une blague, nous partons demain.

Ce n’est pas évident, vous l’aurez deviné, de dire au revoir, adieux à ces amis que nous avons fréquenté depuis près de 4 mois. Nous buvons ensemble une gorgé de bière symbolique sur la petite mezzanine de Bicitakas. Puis c’est avec avec émotion que j’embrasse mes amis un par un, en tentant de leur faire comprendre par une accolade chaleureuse et sincère, l’importance de chacune de ces rencontres, pour moi et pour Geocyclab.

IMG_4913IMG_4915

Barth : Oscar et Nathalie se sont levés et sont partis très tôt ce matin. Il me reste quelques urgences à gérer sur internet avant de quitter définitivement Portalès. La matinée passe ainsi, entre mails, mise en ligne du montage des tambos que j’ai terminé la veille, publication du CheckPoint 007… Jusqu’au retour de Fanch qui vient récupérer ses dernières affaires, et finaliser avec la précieuse aide de Roxanna qui est au travail, la réservation de nos billets de bus du lendemain. Nous avons du même coup la confirmation que le paquet avec notre ancien ordinateur est bien parti pour la France. Vraiment tu assures Roxanna !

Au moment de quitter la maison, on se rend compte qu’un son s’est décalé sur le montage des tambos, et la chose est bien trop agaçante pour que je ne tente pas de la réparer. Je reste donc deux heures de plus, jusqu’à la nuit tombante, parvient à régler le bug, à refaire l’export, mais le chargement sur Viméo ne veut pas passer… Tant pis, je vais essayer de ne pas y penser…

Je plie donc bagages, claque une dernière fois la porte de la petite maison de Portales avec un léger pincement au coeur, et je prends la route du nord… Oui, je viens de réaliser que le quartier de Portales est le point de départ d’un long trajet vers le nord, jusque San Francisco. La première étape incontournable est bien sûr la casa Biciteka, où nous avons rendez-vous avec tous nos amis de Mexico pour une dernière soirée. Malgré la fatigue de ce lundi soir c’est un plaisir de revoir une dernière fois toutes ces têtes qui ont fait notre quotidien des derniers mois, et au moment des adieux l’émotion est au rendez-vous. Seuls regrets de ne pas avoir réussi à recroiser José et de ne pas pouvoir rester quelques jours de plus pour aider Lalu et Maria en plein déménagement d’urgence. Mais notre voyage nous appelle, et nous ne l’avons que trop fait attendre…