Mercredi 30 octobre 2013

15 km

Embarcadère de Mazatlan

N 23°11,133' W 106°19,315'

4 m

Jour 396 – Embarcadère de Mazatlan

Fanch : J’entre ouvre les yeux alors que notre bus se rapproche de Mazatlan. J’aperçois alors, dans un demi sommeil et dans une légère brume une nature luxuriante, avec sur notre droite et en arrière plan, une chaîne de montagne qui s’efface progressivement au lointain. Puis, malgré une lutte acharnée contre le sommeil, je me rendort et ne me réveillerai qu’une fois arrivés à Mazatlan.

Nous ne tardons pas à chevaucher nos montures. Pour joindre l’embarcadère, il faut longer la côté, il est à peine dix heure et je sue déjà. Avec la mer et la chaleur, je retrouve avec bonheur frégates et pélicans mais aussi l’envie d’écrire. Le voyage recommence enfin avec son lot de rencontres fortuites, de surprises et d’improvisations.

Le temps de boire un verre dans le centre historique, d’échanger quelques mots avec serveurs et clients curieux d’écouter ce qu’ont à dire ces deux fous de français et il est l’heure d’embarquer. Tout se passe bien, rien à signaler de ce côté là. Petit détail qui fait sourire, après les bus de la RATP à Casablanca, le bateau sur lequel nous nous apprêtons à traverser le Golf de Californie était il y a certainement fort longtemps immatriculé à Marseille, les prises sont équipés en 220V ce qui par ici (110V) est plutôt exceptionnel, mais au vu de leurs états, nous éviterons d’y connecter quoi que ce soit.

Enfin, le ferry quitte le port, et c’est Juan-Carlos et Macros (père de 14 niños, fait suffisamment rare pour le souligner) qui rapidement engagent la conversation en nous offrant une bière chacun, puis une deuxième, puis une troisième… Puis c’est au tour d’Arturo et de Luis de s’interroger sur nos motivations… Et hop une quatrième cervesa, après celle ci, j’arrête. Entre le ferry qui tangue allègrement et l’alcool qui me monte au cerveau, je commence à perdre l’équilibre, il est grand temps d’aller manger un bout, d’écrire un peu et de tenter de trouver le sommeil.

IMG_4926IMG_4956

Barth : Dans la moiteur tropicale du petit matin, un premier arrêt de notre bus pour une désinfection anti-dengue nous sort du demi-sommeil dans lequel nous avons passé la nuit. Encore quelques heures de route jusque Mazatlan, mais le paysage est déjà bien dépaysant comparé à celui de Mexico. Une fois débarqués à Mazatlan, nous sommes très vite rassurés de voir que nos vélos ont toujours autant d’effet pour rencontrer des gens et engager des discussions ! La chaleur est étouffante, et il n’est que 9h00 du matin… Nous filons directement vers le port pour y réserver nos billets et y prendre le petit déjeuner.

Le personnel de l’agence des ferries est déguisé en mode Halloween, et il semble que le système informatique se soit lui aussi déguisé, .. plus en mode cro-magnon.. Du coup, l’achat des billets qui aurait du nous prendre tout au plus une demie-heure, dure au moins trois heures avec un aller-retour hors du port pour aller retirer de l’argent. cro-magnon ne connait pas la carte de paiement. Bref, au final nous avons nos billets, l’embarquement se fait vers 14 heures, il nous reste donc une heure et demie pour aller boire un verre dans le centre historique de Mazatlan, plutôt charmant avec son architecture coloniale tropicale. Là encore la curiosité des serveurs et autres passants ne nous épargne pas quelques sympathiques discussions, mais il est temps de rejoindre le ferry.

Et c’est parti ! Nous ne quittons pas le Mexique mais la traversée d’une quinzaine d’heures qui commence me donne l’impression de changer de continent.. Nous avons changé de fuseau horaire et le coucher de soleil arrive très tôt, nous laissant apercevoir l’ombre de la pointe sud de la Basse-Californie à l’horizon, notre objectif pour demain matin. Notre embarquement à vélo aura suscité la curiosité de pas mal de passagers avec nous sympathisons rapidement autour de quelques bières. Parmi eux, Juan-Carlos, avocat et pompier passionné de moto, Marcos qui se rend à La Paz pour une réunion familiale à l’occasion de la fête des morts de ce week-end, Arturo et Luis qui viennent de Chihuahua et qui vont faire une étude pour un chantier. Bref, des rencontres bien chouettes qui font passer la soirée bien vite. Et après avoir admiré le ciel étoilé dans la douceur de l’air nocturne nous allons tenter de dormir un peu dans la salle commune réfrigérée par la climatisation…

IMG_5005IMG_4959

Marcos

Marcos

Juan-Carlos

Juan-Carlos