Mardi 12 novembre 2013

45 km

Ocean Beach

N 32°45,282' W 117°15,080'

4 m

Jour 409 – Ocean Beach

Barth : Le réveil est un peu dur, on avait perdu l’habitude de se coucher aussi tard, mais le petit dej et le bon café qui suivent nous réveillent un peu. Nous faisons nos adieux à Franck de manière un peu précipitée, mais nous avons rendez-vous à 11h et lui prend un avion pour San Francisco pour son boulot. Ce fut rapide, mais une rencontre vraiment cool, merci encore Franck !

Une petite vingtaine de kilomètres nous séparent de la plage où nous devons retrouver Marion et Virgile, des français amis d’une amie, qui descendent le continent américain à vélo avec un projet audiovisuel. Un vent de face et un froid de canard nous font arriver avec une heure de retard, mais la rencontre autour d’un burger sur un parking de la plage nous fait oublier le climat breton de ce jour. Par un hasard assez fou, Billy et Kate un couple d’américains que Marion avait rencontré lors d’un précédent voyage au Mexique, débarquent en voiture de location. La conversation tourne donc à l’anglais et il nous faut pas mal de concentration pour arriver à la suivre parfois. Mais ça commence déjà à venir !…

Entre récits de voyages et échange de bons tuyaux pour survivre en milieu ultra-capitaliste, l’après-midi défile très très vite et au moment où Billy sort sa guitare et Fanch sa flûte, je sais que nous ne quitterons pas San Diego ce soir. Nous irons donc passer la nuit chez Merle et Linda, dans la petite dépendance qu’ils ont construit dans leur jardin pour héberger des cyclo voyageurs et ou Marion et Virgile ont trouvé refuge. Billy et Kate emportent nos sacs en voiture et nous suivons Marion et Virgile à vélo pour regagner la petite maison avant la nuit.

Une quinzaine de kilomètres tout de même avec quelques arrêts pour acheter des bricoles et nous voici enfin arrivés. Kate et Billy ont préparé une sorte de buffet dîner, à base de vrai fromage, de houmous, de fruits, et de bières artisanales ! Incroyable ! Il faut dire que nos deux amis viennent de terminer une saison de six mois de travail dans une plantation de cannabis près de San Francisco, et ce genre de boulot rapporte gros, nous sommes donc victimes d’une tournée générale ! Le reste de l’année, Kate et Billy passent leur temps à bourlinguer aux états-unis et ailleurs, en stop, en voiture ou en sautant dans des trains de marchandises. Un mode de vie simple et qui nous donne envie d’en savoir plus malgré la barrière de la langue. La conversation avec Virgile et Marion nous amène à cogiter sur le financement de Geocyclab, grosse question à l’ordre du jour pour nous et qui va sans doute pas mal inspirer notre manière de voyager en Californie. Juste avant de dormir à la belle étoile devant le cabanon, un mail d’Anaïs nous annonce une série de contacts à San Francisco (Merci David ! Et Anaïs of course !) et nous donne envie d’y être déjà…!

Franck

Franck

La maison de Franck

La maison de Franck


Marion

Marion

Virgile

Virgile

Fanch : Les adieux se font rapidement. « Désolé Franck, c’est vraiment pas classe de partir ainsi, mais nous sommes à la bourre. Merci pour ton accueil, à la française avec une touche de Californie dans la bière et dans le steak. J’espère avoir un jour l’opportunité de te renvoyer la balle… »

Direction Ocean Beach ou Marion et Virgile nous attendent. Mal réveillé et en retard, je n’observe pas la ville qui défile autour de moi, je fonce. J’ai toujours détesté être en retard… Après une heure de route, nous découvrons enfin les visages de nos compères. Compères, puisqu’ils pédalent de l’Alaska vers Ushuaïa, Autrement dit vers l’extrême sud du continent américain, un autre grand voyage. Voici leur site internet qui vous apprendra plus sur leur aventure: http://pignonsvoyageurs.wordpress.com

Nous ne nous connaissions que de « réputation » mais après avoir consulté notre site, sachant que nous allions très bientôt nous croiser, il nous ont contacté par mail. Et nous nous retrouvons là,  sur un carré de pelouse abrité du vent par un container de travaux public, au bord de l’océan, à déguster notre premier american cheese burger (un peu déçu pour le coup). Enfin bref, ces deux là on vraiment bourlingué, ils n’en sont pas à leur première aventure de ce genre et c’est avec un grand plaisir que nous partageons nos expérience… Évidemment.

Je n’ai pas encore terminé mon double cheese qu’une voiture blanche se gare à notre hauteur, Marion se lève et accourt auprès de Cate et Billy deux de leur amis arrivant tout droit de Seattle (2000 bornes plus haut). Les présentations se font maladroitement (de notre côté) puisque notre anglais peine à se décoincer et jusqu’à cet instant nous n’avons pas eu de réel opportunité de s’exercer. On fini notre Burger.

Le seul problème c’est que nous aurions voulus avancer un peu, au moins pour sortir de San Diego ce soir, mais il se fait déjà tard et partir maintenant, alors que la nuit tombe dans une heure et que nous ne savons pas ou dormir ne serait pas judicieux . Mais… Nous sommes invités dans la petite maisonnette de Mearle, un contact trouvé par Marion et Virgile via warmshowers.org (site de « couchesurfing » spécial cycle très efficace au States).

Le temps de rentrer, il fait déjà nuit noir et en arrivant, nous découvrons la table préparé par Kate et Bily, ils ont déployé le grand jeu. Au menu, fromage, pain, bière local (du genre très amère, j’ai du mal mais c’est classe!) vin rouge, pâtisseries marocaine… Whaou, je vous rappelle que nous sommes au Etats-Unis et que la cuisine locale ne jouit pas d’une très bonne réputation, mais là, bravo! La soirée traîne un peu, juste le temps d’en découvrir d’avantage sur nos ami d’un soir.

Billy et Kate sont les premiers américains que nous rencontrons vraiment. Ils forment un couple discret mais souriant et plutôt atypique si l’on se réfère aux standards imposés par la société de consommation plus que présente dans les parages. Marion et Virgile nous les présentes comme les rois de la débrouille moderne, autrement dit, il vivent du système D! Ils sont tout d’abord voyageurs et pour ce faire, ils ont pris la bonne habitude de sauter à bord des trains de marchandises. Ils récupèrent leur pain quotidien dans les poubelles de super-marché, achètent une paire de pompe pour la ramener 6 mois plus tard et se la faire rembourser prétextant qu’ils sont insatisfait (« satisfait ou remboursé », ça vient d’ici!). Ils nous citent de nombreuse chaînes de commerces et de restaurants ou il est facile de se nourrir pour trois fois rien et ce partout dans le pays. La pizza classique de chez Little Ceasar à 5$, le Whole food ou il est possible de goûter sans acheter et d’autres plan du genre. La voiture dans laquelle ils roulent? ils la louent pour quelques dollars, pas de caution, juste le gazole à payer. Kate et Billy ont aussi plusieurs petites maisons disséminées dans le pays, leur dernière acquisition a coûté à peine 5000$, Un toit à ce prix là, de quoi en faire rêver plus d’un.  Je ne sais pas comment ils se démerdent, mais il le font avec classe.
J’aimerai passer un peu plus de temps en leur compagnie, en apprendre un peu plus sur eux, comprendre leurs combines, mais nous partirons demain pour une autre destinée.Allez, il est grand temps de dormir, demain est un autre jour.

IMG_5782IMG_5776

Kate

Kate

Billy

Billy