Dimanche 17 novembre 2013

0 km

7th Street, Downtown L.A.

N 34°02,826' W 118°15,380'

82 m

Jour 414 – 7th Street, Downtown L.A.

Fanch : Peu de temps après mon réveil, Eric chez qui je loge depuis trois nuits me persuade sans difficulté de le suivre du côté plus au nord pour une petite session d’escalade entre amis. Carrément! Un nouveau truc! Trois de ses amis sont présents, il sont expérimentés. Je les regarde se déplacer aisément le long de la parois et ça n’a franchement pas l’air compliqué. J’aurai dû me taire… Le « block » fait 15 mètres de haut, avec un peu de recule, les prises blanchies par la magnésie sont bien visible mais une fois le nez collé à la roche, c’est tout de suite plus difficile, sans compter que ma panique s’accroît proportionnellement à la hauteur. Mes résultats sont ne pas enviables mais selon mes compagnons, cette première fut plutôt positive. Personnellement, je ne suis pas vraiment convaincu par mes performances, le vélo c’est cool certes, mais pour les biceps ne sont pas hyper stimulés.

De retour chez Eric je décide de rebondir pour une petite virée à Los Angeles downtown. Le centre de la ville se situ à 20 kilomètres à l’Est de Venice Beach. Après avoir marché 5 ou 6 bornes, je prends donc mon premier métro californien, rien de spectaculaire, je lui trouve même une curieuse ressemblance avec le RER parisien. Je sors de la station sur la 7th Street et me voilà plongé en plein cœur de downtown. Et c’est presque le choque.

Je savais qu’aux States le phénomène était inversé. Les banlieues sont constituées en grande majorité de citées pavillonnaires, propres, homogènes et destinées aux classes aisées. Depuis le métro (aérien), le centre ville et ses quelques grattes-ciels pourrai ressembler au quartier de la défense à Paris, mais cette première impression est trompeuse. Je retrouve des trottoirs déformé par le temps, les joggers et leurs smartphones en brassière ont disparus laissant place au fauteuils roulants des vétérans du Vietnam. Bienvenue dans un autre réel, je sors de la bulle de Truman.

Le contraste est fort. Ce que je constate en premier lieu c’est qu’ici la mendicité côtoie la folie. Cette vision doit être déformée puisque nous sommes dimanche, la nuit est tombée, les commerces sont clos et comme souvent, quand les magasins sont fermés la population reste chez elle. Le peuple de la rue est alors d’avantage visible et la nuit tout les chats sont gris. Même si je ne me sens pas très à l’aise, cette ambiance me convient d’avantage, je sort d’un univers de plastique, lisse et brillant pour retrouver un environnement de béton de métal, irrégulier, gris, sale. Au contact de ce lieu ou la misère ne se cache pas, j’ai le sentiment d’être à nouveau dans un monde sincère.

Après une bonne matinée d’escalade puis quasiment 20 bornes de marche, j’avoue être à point pour une grosse nuit. Demain est un autre jour!

P1020578P1020583

Barth : Pendant ce temps là à Los Angeles Downtown…

IMG_5966IMG_5968
IMG_5969IMG_5962