Vendredi 22 novembre 2013

0 km

Beverly Boulevard

N 34°04,579' W 118°17,312'

88 m

Jour 419 – Beverly Boulevard

Anaïs : Notre visite du jour au Fablab s’étant avérée un échec, nous profitons d’être en ville, « Downtown » pour aller explorer le quartier des arts, et le quartier des affaires. Nous nous retrouvons face à une explosion de fresques, du « street-art dans ta face, man! », un musée à ciel ouvert qui s’étend sur des kilomètres et des kilomètres. On s’en prend plein les mirettes et on remplit à une vitesse supersonique la carte mémoire de notre appareil photo! Les buildings et leurs centaines d’étages de baies vitrées se détachant sur le soleil couchant entament un dialogue assez magique avec le foisonnement de couleurs qui habillent les murs.

IMG_6102IMG_6113

Barth : Avant de décoller de la maison pour une excursion dans Downtown, nous prenons le temps de répondre aux mails de Les Howard et de ses collaborateurs qui nous annoncent plein de nouvelles. C’est le branle-bas de combat sur le campus de Whittier ! Nous pouvons donc loger chez Les, sommes attendus lundi en fin d’après-midi pour faire une présentation de notre projet sur le campus, nous devrions toucher un peu d’argent pour cette prestation et nous avons planifié un rendez-vous demain pour déjeuner avec Les dans Downtown ! Impressionnant..!

Et c’est parti, dans une ambiance pas très fraîche et sous un ciel de nuages gris nous avalons l’heure de métro qui nous sépare de « The Build Shop », un maker-space qui nous avait répondu et chez qui Fanch a fait livrer un peu de matériel que nous devons récupérer. Personne ne répond à l’interphone, le temps d’avaler une pizza et un café, rien de nouveau… Il est quatorze heures, quelques gouttes de pluie annoncent déjà le déclin du soleil, nous n’allons peut-être pas passer toute notre après-midi à attendre ici ! Direction the Arts District pour une petite promenade au milieu des œuvres de street art qui s’accumulent sur les murs des studios, galeries, ateliers qui composent ce quartier. Au retour nous traversons le quartier signaler par Les Howard, où les bâtiments d’anciennes banques sont investis par des riverains fortunés qui cohabitent avec une population de sans domiciles. Mais nous en saurons plus demain certainement, lors de notre déjeuner avec Les. Pour l’heure il fait nuit, froid, et il pleut légèrement, il est temps de rentrer au chaud et de se faire un bon dîner de légumes.

IMG_6133IMG_6139

Fanch : Objectif, rendre visite à « The Build Shop », un makerspace (autrement dit un atelier de prototypage collaboratif) situé un peu plus à l’Est, entre Downtown et Hollywood. Nous les avions contactés il y a de cela quelques mois et ils semblaient alors plutôt enjoués de notre possible rencontre. Mais n’ayant pas eu de réponse suite à notre dernier message, nous décidons de leur faire une surprise en se rendant directement sur place.

La surprise n’est pas celle escompté puisque nous nous cassons le nez devant la porte de leurs locaux. Après deux heures d’attente, résignés nous préférons changer de programme. Nous découvrirons un peu plus tard un e-mail de Brian, un des membres de the Build Shop, le RDV est reporté à mardi prochain.

Je part de mon côté, laissant les tourteaux tranquille quelques heures pour découvrir un (tout petit) peu plus en profondeur le centre de Los Angeles. Pour commencer, je choisi de me rendre au quartier « Art District », avec un nom comme celui-ci, il m’est difficile d’en faire l’impasse. Art District est semble-il une ancienne zone industrielle réhabilitée et transformée en faubourg culturel. Ici, peu de façades échappent à l’aérosol ou aux pinceaux des street-painters, j’y croise quelques ateliers et résidences mais leurs portes sont closes et ce à mon grand regret. Après une heure de marche dans le quartier, j’admets avec une légère déceptions que l’ambiance du coin se soumet (elle aussi) à l’industrie culturelle et au commerces fashions qui vont avec.
Je tourne le dos à Art District pour rejoindre Little Tokyo afin de contenter ma curiosité. Chose certainement intéressante sociologiquement parlant, ce petit village dont on fait rapidement le tours s’apparente tout à fait à un parc d’attraction. Le sapin de noël géant planté là, entre une boutique Hello Kitty et un resto-sushis en témoigne. J’ai une fois de plus l’impression d’évoluer dans un décors en plastique dont l’unique fonction est de chatouiller le vice du consommateur et de lui vider son portefeuille. Pas de bol, je n’ai pas un sous en poche et de ce fait, je ne me sens pas à ma place ici. Enfin bref, vous n’êtes pas à Tokyo, vous êtes à L.A. c’est clair.

Je fini ma ballade dans les ruelles de District Toy. Encore une fois c’est l’originale nomination de ce quartier qui m’y conduit. Je découvre alors une atmosphère que j’affecte d’avantage, populaire et donc plus sincère . Des dizaines de petites échoppes de jouets et de gadgets en tout genre ponctuent mon chemin, les enseignes lumineuses clignotent, les commerçant, pour la plupart d’origine mexicaine s’active pour préparer les fêtes. C’est apparemment le jour des livraisons. Et c’est vivant! Mais le plus intéressant, enfin en ce qui me concerne, c’est qu’on y croise un bel échantillon de la population locale. Américain, afro-américain, asiatiques et mexicains, jeunes, vieux, bourgeois et SDF, personne ne manque à l’appel et je crois que j’ai enfin trouver ce que je cherche. Je prends donc le temps de traîner mes guêtres dans les parages mais la pluie se mêle de la partie, il commence à se faire tard et c’est deux facteurs combinés font que les rues se vide peu à peu. Si jamais je trouve le temps d’y retourner, je ne louperai pas cette occasion. Downtown remonte dans mon estime, je finirait mon excursion urbaine sur une note positive.

IMG_6144IMG_6149
IMG_6155IMG_6157
IMG_6164IMG_6177