Dimanche 1 décembre 2013

0 km

Coffe Bean, Whittier

N 33°58,624' W 118°02,292'

96 m

Jour 428 – Coffe Bean, Whittier

Anaïs : Il était tout simplement hors de question pour Les que je quitte Los Angeles sans avoir vu Venice Beach, quintessence du cliché californien! Les garçons ont eu le privilège de longer cette plage en arrivant chez Eric en vélo mais je n’avais pas eu cette chance! Nous partons donc en virée à la plage tous ensemble pour une exploration en profondeur de ces images de carte postale que sont les plages californiennes. C’est comme Montmartre, mais avec du soleil, l’océan, des filles en bikini, des Jimi Hendrix en roller, et des boby builders qui soulèvent de la fonte entre deux skateurs… Mais sinon, exactement pareil!

Enfin, il faudrait imaginer Montmartre si Jean-Claude Van Damme était président de la république… Parce que quand même ils ont réussi à élire Arnold Schwarzenegger comme gouverneur de Californie.. Bon c’est plus lui maintenant, mais quand même… Arnold Schwarzenegger quoi… Le mec avec un œil rouge qui disait « I’ll be back ! »… Je ne pense pas que Les et ses esthètes d’amis aient voté pour lui!

Bref, une excursion à Venice Beach avec un sociologue, c’est comme être borgne au royaume des aveugles! Les a toujours une histoire, une anecdote, un éclaircissement à nous apporter sur ce que nous ne comprenons pas de premier abord. Il rend passionnant ce qui pourrait nous apparaitre comme seulement un désir pathologique de prôner le culte de l’apparence. Ici, avec le bon guide, tout est curieux et insolite!

Le soir, nous avons le plaisir de retrouver Andy pour un verre en ville, le prof de français fondu d’Open source et qui a grandement contribué à la mise en place de la présentation de Geocyclab de lundi. Un chouette bonhomme, que je suis contente d’avoir pu croiser un peu plus longtemps qu’à la présentation.

IMG_6874IMG_6877

Fanch : Contrairement à Barth et Anaïs, je redécouvre Venice Beach. Ma première rencontre avec cet endroit particulier fut plutôt du genre morose, le temps était gris ce qui ce jour là avait eu une incidence sur mon état d’esprit et certainement sur l’ambiance générale des lieux. Mon regard était donc limité par un paire d’œillères invisibles mais il semble qu’aujourd’hui ce ne soit plus le cas. Il fait beau ce dimanche, le soleil illumine les plages de Los Angeles. C’est un temps idéal pour les badauds et ils viennent en masse se détendre à Venice Beach, c’est ce qui fait la joie du professeur Howard.

Vous voici donc dans un monde parallèle. Bienvenue sur une autre planète, ici les genres se mélangent, vous y croiserez plusieurs de vos congénères extra-terrestres. Venice est le point de rendez-vous de la première génération de hippies et de toutes celles qui suivent, les « homeless » répondent aussi à l’appel et côtoient les bikers qui exposent fièrement leurs biceps tatoués et leurs grosses machines, le skatepark est toujours là, encore plus animé que lors de ma dernière visite. Quelques marginaux se dandinent en déguisements délirants espérant ainsi gagner quelques dollars pour le repas du soir. Les « docteurs green » sont toujours à votre disposition pour une éventuelle consultation. Ici vous pourrez croiser de véritables artistes, peintres, sculpteurs, musiciens et hommes orchestre, jongleurs, DJs, savant fou et fou tout court, un chien en slip rouge qui fait mine d’être empaillé, la réincarnation d’Hendrix et bien d’autres phénomènes improbables. Le monde de Venice Beach est d’autant plus étrange qu’un dialogue s’agence avec une Amérique plus conservatrice. Je ne sais pas vraiment comment décrire cette atmosphère si particulière, à la fois actuelle et pleine de nostalgie, triste mais libre, réelle mais aussi et hélas très superficielle.

La frustration de ne pas avoir le temps d’explorer d’avantage tout cela est elle aussi bien présente, mais la vengeance est un plat qui se mange froid… Je reviendrai, là aussi!

IMG_6856IMG_6857
IMG_6853IMG_6855

Barth : Après un petit déjeuner au « Coffee Bean & Tea Leaves » où Les nous sert tout de même son incontournable salade de fruits, il nous entraîne à l’autre bout de la ville, sur la côte ouest, pour une visite dominicale de Venice Beach.

Venice est un vieux quartier de Los Angeles, qui est devenu depuis les années soixante un lieu emblématique de la contre-culture, du melting-pot américain, du fun et de la liberté. Le dimanche après-midi est le moment idéal pour assister à ce spectacle sous sa forme la plus concentrée. Skate, musculation, sports en tous genres, mais aussi art, street art, musique, danse… Ce ne sont pas les activités qui manquent ici. Le soleil, le sable, le surf et les terrasses de café ne sont pas non plus en défaut… Je crois que c’est l’authenticité qui est en voie de disparition ici. L’esprit de liberté qui fait la réputation de Venice Beach est encore visible de par la mixité des classes sociales et ethniques ainsi que par l’absence visible des force de l’ordres, mais le nombre de caméras de surveillances et de règlements récemment affichés un peu partout font vite comprendre que la liberté est désormais sous contrôle ici. Ça sent le parc d’attraction malgré l’entrée libre, avec pour thème la nostalgie des sixties, seventies et eighties… Je reste songeur devant un chien habillé d’un slip de bain débordant de dollars qui tient la pose juste en face d’une des nombreuses officines de Green doctors qui vous délivre une dose de marijuana sur présentation d’une carte d’abonnement délivrée par n’importe quel médecin. Comme dirait Les : « it’s both nice and sad… » Mais c’était intéressant d’avoir un aperçu de ce qu’est devenu le Californian Dream en 2013 !

De retour à Whittier, nous abandonnons Les une heure pour aller boire un verre avec Andrew, le collègue de Les, professeur de français, qui nous avait aidé lors de notre présentation sur le campus. Nous n’avions pas beaucoup eu le temps de nous parler la fois précédente et c’est avec plaisir que nous partageons une délicieuse bière dans un des bars du centre de Whittier. En plus de son amour de la culture française, Andrew est amateur de bidouilles technologiques et d’informatique, ce qui aiguise vite notre curiosité. Nous n’aurons pas le temps d’aller visiter son système de porte à chats automatique qu’il a mis en place avec Arduino et des puces RFID, ni de voir en détail le système Open-Source de gestion de vie scolaire qu’il a installé sur le campus il y a déjà quelques années, mais nous échangeons quelques idées, et gardons le contact pour plus tard of course ! La soirée se termine par un dîner chez Les, toujours avec Andrew qui confirme nos dernières avancées sur le dossier de recherches « wine and chocolate » !

IMG_6849IMG_1211

 

Haiku 054 – Concrete waves

Pour ne rien manquer, nous vous conseillons l’usage d’un casque audio pour le visionnage de cette vidéo.