Lundi 2 décembre 2013

0 km

Parking du super marché

N 33°57,549' W 118°02,968'

71 m

Jour 429 – Parking du super marché

Barth : Les nous abandonne pour aller travailler après un petit déjeuner toujours aussi wonderfull ! De notre côté il faut aussi qu’on se remette au boulot. Notre séjour à Los Angeles touche à sa fin et en plus de la mise à jour du site il nous faut annoncer notre arrivée à San Francisco à la fin du mois afin de tirer le meilleur de nos nombreux contacts là-bas. Notre séjour ici aura été l’occasion de s’acclimater un peu à la culture californienne mais notre dépendance aux voitures et vis à vis de nos hôtes, ajouté au fait que nous sommes tombés en pleine période de Thanksgiving, tout ceci ne nous a pas permis de réellement enquêter sur le libre dans cette ville qui doit pourtant regorger de bidouilleurs. Mais c’est ainsi, la route nous appelle et avec elle plein de rencontres à venir qui affineront notre point de vue et nos recherches…!

En milieu d’après-midi nous sortons avaler quelques tacos de poisson en guise de lunch avant de faire des courses pour le dîner du soir. La sortie du supermarché est animée par un coucher de soleil assez impressionnant que tous les clients immortalisent cadi dans une main et smartphone dans l’autre. Armé de mon reflex, je passe presque pour un professionnel…

De retour chez Les, nous avons la visite de Chris, un étudiant en philosophie que nous avions rapidement rencontré lors de notre présentation sur le campus. Le courant passe super bien avec lui et nous passons la soirée à discuter, à échanger des référence littéraires, musicales et artistiques, ou encore des contacts sur San Francisco qui pourraient nous aider. Les lasagnes que Fanch a préparé font l’unanimité et le dessert est suivi d’une coupe de champagne offerte par Mathieu, un voisin français de Les venu nous rendre visite avec sa femme. Le petit dîner simple tourne donc au festin et les discussions nous font nous coucher tard dans la nuit..! Une chose me réjouit, Les et Chris qui ne semblaient pas vraiment se connaître avant ce soir, se sont apparement découvert quelques atomes crochus et n’en resteront sûrement pas là !

IMG_6892IMG_6901

Anaïs : Ce matin, l’idée que l’on soit en décembre me frappe de plein fouet et me parait ridicule tant j’associe décembre depuis toujours à la nuit, au froid, au « glagla y’en a marre ça caille », voire même à la neige pour mes plus jeunes années, durant ma glorieuse époque appelée « époque Heidi ». Ce matin, sur la terrasse de Les, je me fais dorer les orteils sous les rayons déjà chauds du soleil, et les yeux fermés pour sentir la tiédeur sur mes joues, je pense en souriant béatement « on est le 2 décembre… »

Encore une journée douce au rythme nonchalant, on essaie de bosser mais on ne peut pas résister à l’envie de se faire promener par notre guide californien préféré! On part donc en ballade pour avaler un tacos, faire quelques courses et après un coucher de soleil exceptionnellement coloré, nous préparons le repas du soir. Chris, l’étudiant adepte de Deleuze nous rejoint et ma première impression ne me trompait pas: celui-ci est déjà notre copain! On passe une soirée à découvrir tous nos centres d’intérêts communs, au point d’en rire parfois tellement certains points de nos vies sont semblables. Nous essayons de prolonger la soirée le plus tard possible et l’arrivée du voisin Mathieu, de sa femme et de sa bouteille de champagne nous aide un peu, mais nous finissons par nous dire au-revoir avec ce frustrant sentiment de trop peu! Nous resterons en contact, of course! Nous pourrions vraiment rester ici des mois, David nous avait proposé de rester trois ans dans sa maison plutôt qu’autour du monde, les garçons feront ce qu’ils veulent mais je commence à reconsidérer la réponse à donner!

IMG_6936IMG_6935

Fanch : Le temps passe, inlassablement, en revanche le travail n’avance pas à la vitesse espérée et déjà c’est l’heure de préparer le dîné de ce soir (ce qui inclue bien sûr qu’il faut faire quelques emplettes). J’ai trop souvent tendance à sur estimer le nombre d’heure qui compose une journée, le couché de soleil sera observé depuis le parking du super marché.

Puis tout s’enchaîne. À peine rentrés, Chris débarque alors que je me met aux fourneaux. Chris est en fin de master, nous l’avions rencontré lors de notre petite présentation sur le campus de Whittier. Il avais dès lors exprimé son désir d’approfondir cette furtive rencontre et c’est avec le professeur comme complice que nous avons arrangé le coup pour organiser cette nouvelle entrevue. C’est avec plaisir que nous discutons et échangeons nos contacts, anecdote, projets et… Merde, le four du professeur, inutilisé depuis fort longtemps de daigne pas fonctionner! Pour les lasagnes, ça le fait pas… Voilà comment je me retrouve à squatter la cuisine des voisins. Il se trouve d’ailleurs que Mathieu (le voisin donc) est français, nous en profitons donc pour bavarder un peu. Il ne tarde pas à lancer « j’ai mis du champ’ au frigo pour fêter votre passage à L.A. » Je comprends alors que ce n’est pas ce soir que j’arriverai à terminer ma part du boulot.

Nous nous retrouvons tous (le professeur, Chris, Mathieu et sa femme, mes deux compères et moi même) autour de la petite table ronde du salon, une coupe de champagne dans une main un carreau de chocolat au gingembre dans l’autre, et la tête qui commence à tourner. Ça ce passe comme ça chez Les Howard, n’importe quel prétexte est bon pour passer une agréable soirée en bonne compagnie.

Les et Chris

Les et Chris

IMG_1236