Vendredi 13 décembre 2013

30 km

San Luis Obispo

N 35°15,695' W 120°41,955'

48 m

Jour 440 – San Luis Obispo

Anaïs :Je vais me servir de la superstition du vendredi 13 pour ne pas écrire aujourd’hui… Écrire un vendredi 13 porte malheur chez moi…

Ross et sa femme

Ross et sa femme

IMG_7146

Fanch : Nous avons besoin d’un peu de temps pour travailler. La synchronisation du site n’à malheureusement pas été effectué et il n’y a pas d’article pour aujourd’hui. De plus, nous devons préparer notre arrivée à San Francisco, à la fois pour trouver de quoi loger mais aussi pour confirmer à nos contacts notre venu imminente, trouver une opportunité de faire une installation, recontacter les Fablabs qui s’étaient manifestés en apprenant l’existence de notre projet, et plancher sur un dossier de subvention. Ça fait pas mal de pain sur la planche tout ça. La bonne nouvelle est que nous avons un contact non loin d’ici à San Luis Obispo, près à nous héberger jusqu’à Dimanche de quoi, je l’espère abattre le boulot qui nous attend. Nous disons donc au revoir et remercions Ross et sa femme (dont personne ne connait le nom, ça craint) avant de faire route vers notre nouvelle destination.

Sur la route, l’ambiance n’est pas à son comble. Barth et Anaïs sont fatigués et semble avoir besoin à la fois de repos et de se retrouver un peu seul, en amoureux. Ça fait maintenant quelques jour que je ressent une tension dans notre trio. En ce qui me concerne, je suis en forme et la perspective de longer une des plus belle côte d’d’Amérique m’excite et me motive. Mais j’ai aussi conscience qu’il reste encore plus de 600 bornes avant San Francisco et j’ai bien peur que cela fasse beaucoup pour Anaïs. Habituellement, j’ai tendance à pousser mes compagnons dans le sens de la route, peut être un peu trop à leur goût, mais en même temps, je tient absolument à rouler jusqu’à San Francisco, je n’ai vraiment pas l’intention de faire la moitiés du trajet à bord d’un autobus. Si nous continuons ainsi, si nous n’arrivons pas à nous mettre d’accord, nous risquons d’amplifier les petites tensions existantes entre nous et personne ne veux en arriver là. Nous décidons donc de nous séparer dimanche pour nous retrouver dans la joie et dans la bonne humeur dix jours plus tard, à San Francisco. Je vais aller à mon rythme, envisager les étapes à ma façon, me retrouver aussi un peu seul, tout cela ne devrait que me faire du bien.

Enfin, après avoir roulés une petite trentaine dé kilomètres, observés environ 30 000 monarques copuler sur les branche de quelques résineux non loin de Pismo Beach, nous arrivons à San Luis Obispo, chez Robert et Elaina qui nous ouvrent gentiment les portes de leur demeure. Nos hôtes sont adeptes des voyage en vélo, les nombreuses bicyclettes suspendues dans le garage en témoignent. Il sont aussi branchés musique du monde en tout genre, avec un petit côté hippies sur les bords. Ici, la nourriture doit être saine, c’est la fête des huiles essentielles, du bio et des ondes positives et énergisantes. Quoi de mieux pour se sentir à l’aise…

IMG_7158IMG_7159

Barth :Il n’y aura pas d’article sur le site aujourd’hui… Pas le temps de faire la synchronisation car nos hôtes partent en week-end ce midi. Nous prenons donc juste le temps de nous assurer un nouveau Warmshower à San Luis Obispo à une trentaine de kilomètres, et nous décampons sous un soleil radieux. La route que nous empruntons croise un un important point de passage de papillons migrateurs, les monarques. Nous nous y arrêtons donc quelques temps dans l’idée d’un nouveau haïku mais ce n’est pas simple de filmer à cette distance. Les papillons sont bien présents, par milliers, accrochés en grappes aux branches des grands eucalyptus et le spectacle est assez impressionnant. Mais comme toujours la fin du jour se fait déjà sentir et il nous reste une vingtaine de kilomètres à parcourir pour rejoindre San Luis Obispo. Le vent est contre nous mais nous arrivons juste avant la nuit chez Bob et Elaina qui nous accueillent avec une tasse de thé fumant.

Grâce au réseau Warmshower, non seulement nous avons l’assurance de passer de bonnes nuits au chaud et au sec, mais c’est aussi l’occasion de découvrir plus précisément le mode de vie des habitants des régions que nous visitons. Ainsi nous voici dans une nouvelle maison, avec une nouvelle ambiance, et comme toujours avec un accueil incroyable. Bob et Elaina paraissent beaucoup plus jeunes qu’ils ne le sont. Ils tiennent un centre de soins énergétiques à base de massages, musicothérapie, aromathérapie, etc.. Leur maison respire le zen et le dîner qu’ils nous offrent est tout simplement délicieusement sain ! Nous allons passer deux nuits ici, pour prendre le temps de travailler demain, à la fois pour remettre le site à jour, pour organiser un peu notre future arrivé à San Francisco et préparer le dossier de subvention Déclics jeunes pour lequel nous venons d’apprendre notre présélection. Bref, pas de quoi s’ennuyer… Mais pour l’heure, nous profitons de cette douce soirée pour faire un peu plus connaissance avec Bob et Elaina.

 

Haiku 055 – Monarques

Pour ne rien manquer, nous vous conseillons l’usage d’un casque audio pour le visionnage de cette vidéo.