Lundi 16 décembre 2013

60 km

San Simeon

N 35°35,684' W 121°07,556'

2 m

Jour 443 – San Simeon

Anaïs : La route en mode duo, l’ambiance est différente de l’ambiance joyeusement scout qui règne quand on est à trois, mais je ne boude pas mon plaisir. Je savoure ces moments à deux comme des micro lunes de miel, fugaces et en mode camping, mais c’est mieux que rien!

IMG_7184IMG_7182

Barth : Fanch prend donc la route le premier aujourd’hui, un peu après neuf heures. Nous ne traînons pas trop non plus, laissant Bob se concentrer sur la livraison à vélo des colis que la camionnette d’UPS lui a apporté ce matin. C’est un boulot qu’il fait avant Noël et qu’il a l’air de beaucoup aimer ! Au-revoir donc Bob et Elaina, ce séjour chez vous bien que très studieux, fut délicieux ! Nous serions bien resté encore une bonne semaine…

Le vent souffle plein est aujourd’hui, chaud et sec venant du continent, une aubaine pour reprendre le pédalage. Après une vingtaine de kilomètres nous faisons halte à MorroBay pour quelques courses complémentaires et un pique-nique rapide devant l’immense piton rocheux qui domine la baie. Puis il faut pousser encore quelques kilomètres pour enfin voir le bout de la civilisation et trouver un coin de nature pour planter la tente. C’est un parc d’état, le camping y est interdit mais comment résister au majestueux coucher de soleil qui nous invite et qui est immédiatement suivi d’un lever de lune incroyable, totalement pleine aujourd’hui. La côte sauvage californienne s’est fait attendre, mais ce prologue en met plein les yeux !

IMG_7186IMG_7195

Fanch : J’avais dis entre 8 et 9 heure, j’ai loupé mon coup, il est 9h15 quand je dis au revoir à Bob et Elaina mais aussi à Barth et Anaïs. Rendez vous à San Francisco amigos! J’ai des bornes à faire, des bornes qui s’annoncent grandioses niveau paysage, mais aussi difficile car la rumeur dit que ça grimpe par là bas et les vent dominant descende d’Alaska, froid et surtout de face… Mais je m’en fout, aujourd’hui le soleil est au rendez vous et j’ai besoin de me défouler!

J’arrive rapidement port de Moro bay ou je ne m’attarde que pour enregistrer les vocalises des otaries. On nous avait prévenu que nous croiserions certainement des éléphants de mer, mais ceux ci ne semblent pas en être. Avec la distance qui nous séparent, je n’en mettrai pas ma main à couper mais il semble bien que ce soit des Otarie. Enfin bref, ça commence bien et cette petite rencontre ne peut que me faire sourire. Excepté le petit tour au lac Cachuma, les derniers 350 kilomètres ne m’ont pas du tout convaincu tant nous roulions sur des axes trop fréquentés, espérons que cette quinzaine de mammifères qui bronzent sur un rocher au milieu du port ne soit qu’une introduction…

Je continue ma route, à la cool mais sans trop rêvasser, enfin si mais tout en pédalant. Mon objectif est d’atteindre la plage de San Simeon et d’y trouver un coin pour passer la nuit. La route est pour le moment relativement plate et je pense arriver plus tôt que prévu. En attendant, je longe le pacifique, en solitaire, perdu dans mes pensées mais enchanté de retrouver un peu de nature. Tant que je suis en route, rien ne sert de se tracasser au sujet des problèmes de Geocyclab, ça revient de temps à autre mais pour l’instant je me contente de rouler, de vivre le présent, de lui sourire et de lui dire merci.

J’atteinds San Simeon State Park avant 15 heure. Bien sûr, il y est interdit d’y camper mais je trouve rapidement un lieu à l’abri des regard pour planter ma tente, j’attendrai le noir complet pour faire au plus discret. C’est camping interdit et à 200 $ la prune, ça vaut bien le coup de patienter un peu. Enfin, il y a une aire de pick-nick à deux pas, j’ai laissé la cuisine à Barth et Anaïs et je suis impatient de tester ma popote boîte conserve recyclée pour espérer manger chaud ce soir. J’assisterai au « sunset » sur la plage, les nuages se tenteront d’or et de carmin, un dauphin montrera 3 fois sa nageoire dorsale avant de disparaître dans la houle du soir. Pas mal…

P1020635P1020648
P1020669P1020683