Jeudi 26 décembre 2012

50 km

San Francisco Downtown

N 37°48,006' W 122°23,662'

3 m

Jour 453 – San Francisco Downtown

Barth : Nous suivons de nouveau la Highway 1, qui en cette période entre Xmas et Happy New year, est juste saturée de voitures. Question sécurité, on ne peut pas se plaindre, le goudron est lisse et il y a de la place pour circuler en vélo sans prendre de risque, mais c’est le bruit incessant des moteurs qui me monte vraiment à la tête et m’empêche de profiter pleinement des beaux paysages que nous traversons. Un arrêt pique-nique sur un champ avec un paquet de cookies au gingembre que nous offre une automobiliste de retour de réveillon, et nous poussons ensuite jusqu’à Pescadero Beach où nous pensions pouvoir trouver de l’eau. Raté, il n’y a rien, il faut faire quelques miles dans les terres pour aller jusqu’au bourg de Pescadero.

Nous y trouvons un café, de l’eau, des nouvelle de fanch qui vient d’arriver à San Francisco, mais la nuit nous appelle à quitter la ville pour finir par trouver un petit bout de terrain à l’entrée d’un ranch sur une route de campagne sinueuse qui doit nous éparger quelques kilomètres de highway bruyante. Cinquante kilomètres dans les pattes, la fatigue est bien là et après avoir avaler un dîner au feu le sommeil est au rendez-vous.

IMG_1817IMG_1815

Anaïs : C’est le bout du monde
et tous de la civilisation occidentale,
le soleil peut lever à l’est,
au moins, il s’installe à son emplacement final,
il est entendu que Hollywood vend Californication.
Californication, Red Hot Chili Peppers, traduction Google translate.

Fanch : Après avoir franchis les dernières collines qui me séparait de mon point d’arrivée, j’aperçois au loin les aubans rouge du Golden Bridge et suis pris d’un sentiment d’excitation de me savoir à la fin de ce périple sur les routes Californiennes. San Francisco me voilà!

Je rentre dans la ville en longeant la côte ouest. Vagues et surfeurs sont toujours au rendez vous et c’est peu dire puisque je n’ai jamais vu de telles conditions auparavant. Le vent est puissant et vient frapper de plein fouet une imposante houle qui s’échoue bruyamment sur le rivage. Ce qui a pour effet de générer de violentes déferlantes, très creuse pour ne pas dire tubulaire. Le choc de la lèvre contre le plan d’eau provoque un claquement sourds, la vague s’enroule sur elle même, déroule rapidement, à droite comme à gauche avant de recracher un dernier souffle et de mourrir progressivement laissant la place à la suivante. Les surfeurs s’en regalent, mes yeux aussi. Ce sera ma pause déjeuner.

Puis San Francisco se dévoile doucement au fur et à mesure de mes laborieux coups de pédales. Et oui, j’avais en tête la légendaire image du tram grimpant le long d’une rue inclinée à 45 degrés (j’exagère un peu) mais je n’expérimente qu’à présent, à la sueur de mon front la réalité de ce relief véritablement… Physique. Je n’irai pas jusqu’à downtown aujourd’hui, pas en vélo en tout cas, mes jambes refusent d’aller plus loin et préfèrent economiser un peu d’énergie pour une dernière ascenscion jusqu’à la maison de Steve. Je marque donc une pause sur les hauteur de la ville et profite un peu du soleil de 15 heure et de sa douce chaleur.

J’arrive un peu en avance l’heure à l’adresse indiquée. Darìo l’argentin, un autre couchsurfeur me rejoint rapidement et nous feront connaissance sur le pas de la porte attendant l’arrivé de notre hôte. Enfin, la maison s’ouvrent, les présentations continuent avec la rencontre de Steve, il s’en suit une bonne douche, une bouffe mexicaine et une rapide visite du centre ville « by night ».

Au premiers abords, Frisco comme on la surnomme ici, est réellement plus attractive que Los Angeles, ou que les autres villes de Californie que nous ayons traversés. Plus intime, plus chaleureuse, elle possède un caractère unique (d’après les gens du coin) et ce malgré son jeune âge. L’architecture victorienne domine et complète le décor, une fois n’est pas coutume, j’ai toujours l’impression d’être figurant dans un film hollywoodien.

Steve, semble se regaler de nous faire découvrir le centre, chinatown, les principaux bâtiments administratifs, museums et quelques autres lieux incontournables du Civic Center… En somme, il est bien probable que je me plaise ici! Affaire à suivre.