Dimanche 29 décembre 2013

0 km

Fine Arts Museum

N 37°46,112' W 122°27,937'

78 m

Jour 456 – Fine Arts Museum

Fanch : Je bosse sur le dossier de sub avant d’accepter la proposition de Steve pour aller faire un tour au « fine arts museum of San Francisco » situé à quelques pâtés de maison et une centaine de mètres plus bas. Mais avant tout j’aimerai finaliser le dossier qui est maintenant près à être imprimé.

Ah, des nouvelles de mes amis, ils ne sont pas bien loin et nous devrions nous retrouver demain.

Steve aussi intéressé par le sujet soit-il, m’avoue ne pas toujours comprendre. Je lui rétorque que moi non plus… Même si l’exposition de David Hokney ne nous à ni l’un ni l’autre emballé, elle eu le mérite de lancer une belle discution au sujet de l’art contemporain, de son rôle, de ses dérives, de ses délires…

P1020926P1020922

Anaïs : Bon, allez, je reprendrai l’écriture avant de partir! À tantôt!

Barth : Sous un soleil estival nous prennons le petit déjeuner dans la marina luxueuse qui jouxte Half Moon Bay par le nord. Seul un café à emporté et une part de brownie maison auront réussi à faire succomber notre politique budgétaire mais c’est suffisant avec quelques tortillas au beurre de cacahuète pour faire la route jusque Pacifica, dernière petite ville avant la métropole de San Francisco. Un long et moderne tunnel marque l’arrivée sur cette petite ville balnéaire et l’éxpérience sonore de sa traversée nous laisse à tous les deux le sentiment d’avoir franchit une porte, une frontière entre le sud et le nord peut-être. San Francisco est juste là derrière les quelques colinnes qui bouchent l’horizon…

Un petit tour au Starbuck’s pour commencer, l’occasion de relancer quelques contacts et d’aider Fanch qui se débat dans la finalisation du dossier de subvention pour Declic’jeunes. Puis un petit tour de reconnaissance nous fait vite trouver un endroit discret pour planter la tente cette nuit. Pas question de foncer à San Francisco ce soir, nous n’avons pas de point de chute, alors autant profiter du relatif calme de Pacifica pour le moment. Après une bonne pause sur le bord de la plage envahie de surfeurs, nous repassons relever les derniers mails au Starbuck’s avant de rejoindre de nuit notre terrain vague. Le diner est rapide, pas possible de faire un feu ici, et un gamin s’amusant avec un faux haut parleur de police a réussi à semer le doute dans notre quiètude nocturne…