Mardi 31 décembre 2013

5 km

Apartement

N 37°50,292' W 122°30,014'

58 m

Jour 458 – Apartement

Fanch : L’heure n’est pas au boulot, nous nous levons volontairement tardivement et passons une bonne majorité de la journée assis autours d’une table de pique-nique. Apres le petit déjeuner, c’est le déjeuner qui arrive et nous enchaînons les discutions. Il faut croire que c’est bon de se retrouver et de se laisser aller au rythme de la fainéantise. C’est le dernier jour de l’année et sans nous concerter à ce sujet, il semble clair que nous ayons tout les trois décidé d’en profiter pour flâner. Je crois bien que depuis le début de ce voyage, c’est la première fois que je suis sortis de ma tente sans avoir pris soin de plier mon sac de couchage et de rouler mon matelas au préalable, il est 14H et je porte encore mon « pyjama » sous mes vêtements (j’entend par pyjama une espèce de combinaison moulante pour lutter contre le froid).

Alors qu’il tentaient de joindre le campement hier soir, mes compagnons ont fais la connaissance du Ranger James et nous sommes vraisemblablement conviés à partager une soirée de réveillon dans sa demeure située quelques kilomètres sur notre route. C’est la seul obligation que nous nous sommes imposés pour aujourd’hui.

Après avoir plié le camps nous voici sur la route pour 4 interminables kilomètres jusqu’à la maison du Ranger. Nous l’attendons avec les sacoches pleine de nourriture, près à affronter cette soirée comme il se doit. J’ai fais les courses hier Après midi en pensant au menu de ce soir. L’ensemble de ce repas fut élaboré pour une cuisson sur la braise uniquement. Au menu donc, papillote de petits légumes accompagné d’une délicate persillade à l’européen, pommes de terre braisées, steak grillé façon barbecue et crumble de pommes, framboises et cookies sur lit de chocolat noir accompagné du classique thé à la marocaine. Autant se faire plaisir…

Enfin bref, je rencontre enfin notre ami Ranger qui nous accueil avec un appartement vide à nous prêter pour la nuit et tout le confort qui va avec. Le temps de nous faire une beauté et James nous à préparé le dîner. Mon menu tombe à l’eau mais nous mangerons plus qu’il n’en est coutume, j’ai réussi à trouver une place dans le menu pour mes steaks, ma persillade et je me chargerai du dessert auquel nous notre Ranger y ajoutera une point de crème glacé à la vanille… On s’en sort très très bien.

James est grand, un peu rondouillard et affiche bien souvent un sourire à la fois rêveur et attentionné, il cache derrière ses petites lunettes très bien son jeu. Petite à petit, il nous dévoile un parcours hors du commun, boursier en école d’art, boulanger, puis étudiant dans la prestigieuses université de Berkeley, il est à présent Ranger et jongle entre plusieurs domaines de compétences. Il est tout autant passionné par ce qu’il fait qu’il est passionnant quand il en parle. C’est une chance d’être chez lui et je pense d’ailleurs qu’il savoure toute autant que nous ce réveillon improvisé, cette discussion sans gène, presque naturelle qui se met en place. Merci James pour ton accueil qui fait du bien au moral. Je sais que cela n’a rien à voir avec Le hasard. Nous attirons d’avantage le marginal au grand cœur avec nos bécanes et notre atelier mobile que l’investisseurs à cravate, qu’on se le dise! Mais je reste stupéfait devant la richesses culturelle que nous apportent ces belles rencontres aussi simple soient elles…

Minuit passé, allez il faut le dire tout de même, je le pense alors il est de bon ton de l’écrire. « Je vous souhaite à tous une belle et festive année 2014 ». Et surtout, restez branchés, nous n’avons pas fini notre aventure, le meilleur reste à venir, on y crois!

IMG_7386IMG_1862

Barth : Après une relative grasse matinée et un petit déjeuner qui traîne en bavardages au sujet de nos routes, rencontres et expériences respectives des dernières semaines, nous décidons de lever le camp en début d’après-midi dans l’idée d’aller téléphoner à notre ranger de la veille. Pour préserver son anonymat, nous l’appellerons Mr X car ce qu’il a fait pour nous sort un peu du règlement du à sa fonction et nous ne voulons surtout pas lui attirer des ennuis…

Le « visitor center » vient de fermer ses portes quand nous arrivons, et l’espoir de pouvoir téléphoner disparaît avec. Nous changeons donc de stratégie et attendons directement Mr X devant chez lui, en espérant qu’il sera de retour assez tôt pour nous laisser le temps de lui proposer de partager notre réveillon. Un peu avant la nuit le voilà donc, en voiture cette fois, et non seulement l’idée de partager le dîner avec nous l’enchante, mais il nous propose directement d’occuper le logement vide à côté de chez lui pour la nuit ! Douche chaude, lessive, électricité, de quoi se détendre un bon coup et nous mettre sur notre 31 avant d’attaquer le dîner !

Mr X nous a devancé, pendant que nous prenions nos douches, il a préparé un copieux dîner, ne nous laissant que le dessert pour apporter notre touche personnelle. Nous réveillonnons donc en toute simplicité, autour d’une bonne soupe et de salades, tofu grillé et steak à la persillade tout en discutant avec Mr X. Adepte de poésie et de peinture, rêvant secrètement de voyager un jour en Ecosse sur la terre de ses ancêtres, notre projet lui parle bien et semble même l’émouvoir. une rencontre providentielle qui nous redonne le sourire après les derniers jours d’attente vaine pour trouver une solution de logement ! C’est ainsi que se clôture 2013, notre première année complète hors de France et loin de nos proches, en très touchante compagnie.