Lundi 20 janvier 2014

20 km

Marin Headland

N 37°50,292' W 122°30,014'

58 m

Jour 478 – Marin Headland

IMG_7769IMG_7773

Fanch : Ici c’est un jour férié, « the Martin Luther King Day ». C’est aussi le jour qu’à choisit la cantine numérique de Quimper, Silicone kerné pour organiser une petite rencontre virtuelle avec Geocyclab mais ce n’est pas tout, James à lui aussi prévu un meeting autour de notre projet, chez lui, de l’autre côté de la baie, tout près du camping dans lequel nous avions établis notre quartier général début Janvier.

Il nous faut donc se lever de bonheur, joindre en vélo le métro qui nous déposera à S.F. puis longer la ville jusqu’au Golden Gate bridge, le traverser et enfin, parcourir les derniers kilomètres qui nous séparent de la demeure de James d’ou nous nous connecterons… Avant dix heure. Bingo, ce n’était pas gagné d’avance mais nous sommes à l’heure pour le RDV avec Quimper.

Bonjour,
Et nous voilà projetés dans l’espace et le temps. Derrière l’écran, un belle échantillons d’amis se sont rassemblés pour une discutions sympathique. Vraiment, la technologie c’est parfois pas mal! Merci à tout me monde d’être venus nous voir, ce fût un plaisirs de vous retrouver!

Le temps de souffler un coup, de discuter avec notre hôte en mangeant une cuisse de poulet et les invités de James arrivent petit à petit. Nous ne sommes plus devant un ordinateur mais autour d’une table dressée pour déguster les petits plats concocté par le ranger. Ça sent bon!!! Cette présentation est informelle, mais les conversations tourne autours de notre périple et l’attention des amis et collègues de James au sujet de Geocyclab est elle aussi au rendez vous.

Enfin, que ce soit en direct de Quimper ou ici même, avec des potes ou avec des inconnus, c’est toujours bon de se confronter à de nouveaux points de vu. Il est pour nous de bon ton, d’écouter les remarques, d’en prendre note tout en sachant que tout cela nous aide énormément à faire mûrir Geocyclab.

James nous ramènera à Oakland et c’est devant « The Place for Sustainble Living » que nous ferons nos adieux. Sacré James, il fût notre voisin durant nos deux premières semaines autour de la baie. Un voisin attentionné, rêveur et définitivement heureux de pouvoir nous donner un petit coup de main quand nous en avions besoin. Merci James, bon courage pour l’apprentissage du français mais tu sembles tellement déterminé à apprendre cette langue que tu sera fin près à venir nous voir dès notre retour en France!

IMG_7767IMG_7768

Barth : Il ne fait pas si chaud dans notre caravane, le sommeil fut un peu léger… Nous sommes les premiers levés à The Place et même le soleil n’a pas encore montré le bout de son nez. Après un rapide petit dejeuner et un chargement modéré de nos vélos (juste de quoi passer la nuit au campground), nous échangeons quelques mots avec Nick, un des résidents juste avant de filer dans le froid matinal en direction de la station de BART (Bay Area Rapid Transit) pour y prendre le train qui nous fera traverser la baie jusque San Francisco. Fanch arrive à rentrer son vélo dans un des wagons, mais je reste coincé sur le quai, faute de place dans les suivants.. On se retrouve à la station d’arrivée sans aucun problème, tous les deux en compagnie d’autres cyclistes, nombreux en ce jour férié ensoleillé d’hiver.

Un ascenseur nous dépose sur Market Street et c’est parti pour le marathon. Une petite dizaine de kilomètres jusqu’au Golden Gate Bridge, la traversée du pont, puis la petite route du tunnel qui nous fait déboucher sur le Marin State Park à l’entrée duquel se trouve la maison de notre ami James. Nous somme à temps au rendez-vous avec la cantine numérique de Quimper sur skype. A peine le temps de saluer notre hôte et nous voilà déjà absorbé par la connexion trans-WestCoast qui nous offre le plaisir de saluer tous les amis réunis pour cette occasion à Quimper. L’entretien est très informel et décontracté, ça fait du bien de revoir les copains, et James aura réussi à saluer Anaïs de loin aussi.

Ensuite place à la Party ! James semble s’être mis en tête d’organiser une sorte de Thanksgiving… Il a dressé une table avec toutes les boissons possibles à disposition et sa petite cuisine est emplie de pièces de viandes à rôtir, de légumes à faire sauter, de tous les signes indiquant qu’un festin va se tenir là. Après un rapide grignotage, les amis de James commencent à arriver. Quelques collègues, un groupe d’étudiants en stage dans le State Park pour y recenser les populations d’oiseaux, au total une petite trentaine de personnes avec qui nous discutons de manière informelle en tentant de venir à bout des quantités gargantuesque de nourriture qui s’étalent sur les tables. Pas de présentation, ni de speech officiel, et c’est bien mieux comme ça… C’est sans doute la dernière fois que nous passons un peu de temps avec james, et ce Thanksgiving improvisé fut un très agréable moment de détente et de rencontre. Merci James pour cette wonderfull réunion !

Nous n’allons pas au campground comme prévu, James tient absolument à nous ramener en voiture à Oakland. Une fois les vélos entreposés dans son break, nous traversons by night San Francisco d’abord, puis le grand pont qui traverse la baie d’ouest en est pour finalement arriver à bon port. Au-revoir James, et see you in France après notre retour, à l’occasion de ton voyage en Ecosse !