Jeudi 6 février 2014

35 km

Giri Indah, Banyuwangi, Java

S 08°12,018' E 114°21,423

63 m

Jour 495 – Giri Indah, Banyuwangi, Java

P1020953IMG_8326

Barth : Mis à part une petite visite de la police en début de nuit, venue vérifier qui nous étions, la nuit fut calme. Notre ami Rizal nous accompagne pour un café avant une séance de prises de vues sur le terrain de la fête foraine. Et nous ne tardons pas à reprendre la route avec l’espoir d’éviter la grosse chaleur du midi avant notre arrivée à Gilimanuk, notre ultime étape à Bali. La route défile à toute allure, avec la surprise de croiser quelques singes sur le bas-côté, et nous arrivons fourbu et affamés aux portes de la ville. Le temps d’avaler un repas plus consistant que le petit déjeuner en regardant les images des inondations à Jakarta à la télévision, et nous nous retrouvons sans trop comprendre dans la file d’attente de l’embarcadère pour Java. Salut Bali, ce fut court et intense, mais nos visas ne nous permettent pas de traîner plus longtemps…

La traversée en bac est bien plus courte que le temps de manœuvre pour enfin mettre pied à terre sur l’autre rive, et il faut encore faire quelques kilomètres pour rejoindre Banyuwangi, la première ville sur notre route javanaise. Objectif, trouver un café avec une connexion wifi pour y étudier au calme notre futur itinéraire. L’affaire nous prends pas mal de temps et nous fait rencontrer un gars qui nous propose d’aller visiter un célèbre volcan le lendemain.. Why not ! Nous finissons par trouver un restaurant très bruyant mais disposant d’une connexion et décidons de réserver un petit hôtel pour la nuit. Parmi les nouvelles de la France, il y en a de pas trop bonnes de notre disque dur qu’Anaïs avait ramené et contenant toutes les données de notre périple. Le formatage du disque n’a pas l’air d’être reconnu, ce qui augure quelques complications si l’affaire ne se résout pas en France. La copie que nous avons avec nous est intacte, mais l’expédition de ce type de matériel depuis l’Indonésie me parait un peu hasardeuse.. Affaire à suivre…

La fin de journée se passe à l’hôtel, entre douche, lessive, écriture et connexion, avant une bonne nuit au calme inch’hallah..!

Bakir

Bakir

Rizal

Rizal

Fanch : Un café avec Rizal le forain. Rien à redire, nous ne parlons pas le même langage mais son regard laisse transparaître une profonde sensibilité. Ses large pupilles noir surlignés d’un étrange liseret bleu gris me fixe sans relâche, je n’arrive pas à l’assumer longtemps et gêné, je tourne bien souvent la tête. Ses yeux? Ils nous demandent de rester un peu, juste histoire de troubler encore quelques heures un quotidien monotone. Peut être que je me trompe, mais c’est là bien ce que je lis.
Et c’est donc dur de partir mais nous essayons tant bien que mal de faire la part des choses, on reste une heure de plus, pour une séance photo en compagnie de Bachir, son compère au sourire édenté. Mais il faut quitter les manèges avant que le soleil ne soit brûlant… Il est 8h30, déjà. Adieu Rizal, adieu Bachir, vous le savez aussi bien que moi, nous ne nous reverrons certainement pas, ainsi va la vie…

Nous joignons rapidement Gillimanuk, petite ville à l’extrême Ouest de Bali ou nous faisons halte pour nous remplir la panse. Sans transition, nous chargeons nos montures à bord du bac, les adieux avec Bali sont furtif, notre embarcation n’attend pas. Au revoir Bali, salut Java. Nous nous arrêtons à Banyuwangi première ville que nous traversons à l’Est de Java afin d’y dessiner un plan de route. Nous devrions donc joindre Surabaya par le centre de l’île et slalomer entre quelques volcans. Ça promet d’être rude, entre jungle et relief accentué, pluie (diluvienne?) et grosses chaleurs…

Mais rien est encore arrêter et avant de figer l’itinéraire nous préférons prendre le temps de nous reposer et peut être même d’aller faire une petite excursion dans le cratère du volcan Ijen dont tout le monde nous parle depuis notre arrivée. Nous passerons la nuit ici dans un hôtel miteux certes, mais à ce prix là nous ne ferrons point les difficiles. Pas de douches mais l’eau courante est un luxe (on à pris le pli de se laver à l’eau de mer), une chambre à lit double pour 4 euros, c’est pas trop mal pour notre budget…

IMG_8354IMG_8366
P1020969IMG_8375