Dimanche 23 mars 2014

0 km

Yu Tien restaurant, Jakarta

S 06°17,348' E 106°47,980'

36 m

Jour 540 – Inside Jakarta

Barth : Une semaine déjà que Jakarta nous a avalé… L’acclimatation n’a pas été évidente, après avoir eu raison de ma crève à grands coups de jus de gingembre, nous avons enchaîné sur une tourista collective qui a un peu ramolli l’ambiance pourtant survoltée par les préparatifs de l’exposition de notre hôte.

Julien est donc professeur d’arts-plastiques au lycée international français à Jakarta depuis un an et demi déjà, et il s’est tissé un réseau de relations entre expatriés et locaux qui lui offre aujourd’hui la possibilité d’exposer son boulot dans un lieu branché de Kemang, le quartier riche près duquel il habite. Nous lui avons naturellement filé un coup de main pour l’accrochage de l’impressionnante série de collages photographiques qu’il a réalisé, présentant avec ironie et une pointe de subversion (ce qui n’est pas difficile ici avec le nombre de tabous socio-culturels) sa vision très subjective de l’Indonésie. Le vernissage fut l’occasion de rencontrer le petit réseau d’expatriés, collègues de Julien et bretons pour la plupart, et de se faire une petite idée de ce que signifie la vie d’expat à Jakarta. Cette plongée à l’autre bout du globe dans notre culture d’origine ouvre une parenthèse dans le dépaysement quotidien de notre voyage, plutôt bienvenue pour pouvoir nous concentrer sur des questions beaucoup moins exotiques.

Julien devant l'affiche de son exposition

Julien devant l’affiche de son exposition

IMG_9706

C’était attendu de longue date, notre séjour à Jakarta serait studieux et administratif, et cette première semaine n’a pas dérogé à la règle. Côté administration, j’ai donc eu le plaisir d’aller visiter l’ambassade de France à Jakarta, au quarantième étage d’un des grattes-ciel qui champignonnent dans le centre de la ville, pour y faire la demande d’un nouveau passeport après être passé au commissariat central pour y déclarer la perte de l’ancien. Les choses se sont plutôt bien déroulées, si ce n’est que pour faire ce genre de démarche dans une ville comme Jakarta il faut compter deux heures de taxi dans les bouchons pour parcourir les dix kilomètres qui séparent la maison de Julien du centre, et la même au retour… Résultat des courses, la demande est envoyée en France et je serais prévenu par mail de l’arrivée de mon nouveau passeport dans un délais de une semaine à un mois.

Il ne me restait qu’à régulariser ma situation au bureau d’immigration, pour pouvoir prolonger en toute légalité mon séjour sur le territoire indonésien après l’expiration de mon visa actuel quelques jours plus tard. Là, les choses se sont compliquées… La dérogation n’existe pas et le prix à payer par jour de séjour excédentaire est d’une vingtaine d’euros… Gloups ! Vu l’état de nos finances, cette nouvelle tombe très très mal. Je tente un courrier à l’attention de l’attaché culturel de l’ambassade pour lui expliquer notre projet et notre situation, dans l’espoir qu’une solution alternative se profile… Fanch quant à lui, n’aura qu’à prendre un vol aller-retour pour Singapour, afin de renouveler son visa. C’est la qu’on se rend compte que c’est pratique un passeport quand même !

IMG_9712IMG_9716

Pour ne pas broyer du noir et tourner en boucle sur toutes ces angoissantes interrogations, je décide de m’immerger dans le boulot, alternant entre le calme de la maison de Julien et le petit restaurant juste à côté qui dispose d’une connexion wifi… Et il y a de quoi s’amuser de ce côté ! Je commence par achever le nettoyage du site internet, particulièrement de la base de données qui est dans un état lamentable suite à la désinstallation du pluggin multilingue. L’effort en valait la peine car je parviens à réduire par trois le poids du fichier, ce qui fera gagner un temps précieux sur les prochaines synchronisations. Dans ma lancée, j’en profite pour retoucher un peu le code sur la catégorie « Itinéraire« , pour y mettre à jour notre parcours qui a beaucoup changé depuis le départ, et en vu d’y accueillir la future carte interactive qui est toujours sur le feu. Vous pouvez maintenant visionner dans le contenu de chaque article correspondant aux pays que nous visitons, la liste des publications réalisées dans ce pays. Le tracé visible sur la carte GoogleMaps reste donc obsolète pour le moment, mais il sera très bientôt remplacé par notre carte interactive Open Street Map, clef de voûte de ce chantier au long cours qu’est notre site internet. La page d’accueil a également eu le droit à un petit coup de neuf, toujours pour anticiper l’intégration de la carte interactive, mais aussi pour y mettre en avant le bouton PayPal permettant de faire des dons à Geocyclab, qui en ces temps de crise budgétaire ne constitue plus un gadget optionnel. A votre bon cœur donc chers amis, et encore merci au passage à ceux qui l’avaient déjà repéré dans notre page « Nous soutenir » !

Nous avons aussi planché sur une sélection de nos soixante Haïkus, avec l’aide du regard frais et critique de Julien, en vu d’expédier un bout-à-bout de la série au festival l’Oeil d’Oodaaq qui se tient à Rennes du 15 au 25 mai prochain, et pour lequel nous sommes sélectionnés ! Le fichier est prêt, il ne reste qu’à trouver un moyen de l’envoyer en France, par courrier ou par internet… Et pour finir, j’ai commencé à dérusher et trier la quantité astronomique d’images tournées en Indonésie pour le prochain Checkpoint que nous voulons tourner et monter avant de quitter Jakarta. Chantier en cours donc ! Et il me reste aussi de quoi m’amuser avec les six ou sept montages d’Objets Libres sur le banc de touche, pour les plus vieux depuis le Mexique…

Voilà donc le décor de notre séjour à Jakarta, où mis à part la nourriture, la chaleur et les orages tropicaux, on pourrait se croire à nouveau étudiants, en collocation avec notre ami Julien. Vous comprendrez donc que dans cette ambiance studieuse les publications de notre carnet risquent fort de manquer d’originalité et de créativité. Mais il faut en passer par là et nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles des avancées tout de même.. Alors, à vite !