Mardi 27 novembre 2012

0 km

Madrid

N 40°23,164' W 3°42,259'

592 m

Jour 59 – Madrid

Fanchic: Instant de grâce dans le métro madrilène, l’attente est anonyme et silencieuse. Sur le quai d’en face un homme s’assoit. Lui aussi s’emmerde alors il sort sa guitare, gratte doucement les cordes. Les regards convergent, curieux. Sa voix pleine de tristesse se gonfle, grave de flamenco. Le temps s’arrête, personne ne dit mot, on écoute, ensemble. Le bruit de la rame esquisse ses premiers accords métalliques. L’homme s’arrête, lève la tête. Il cueille de son regard fatigué l’ovation des spectateurs émus. L’arrivée des wagons referme le rideau, c’est fini, on repart.

Voilà, c’était juste beau, ce temps volé au quotidien morose….

Barth : On se lève tous un peu tard étant donné l’heure à laquelle nous avons fini de discuter la veille ! Sauf Gaëlle qui est repartie travailler dès 8h30. C’est le tour de Fanch de travailler sur l’ordi alors j’en profite poir faire un peu de courrier, et pour partir à la recherche d’un sac de couchage chaud en compagnie de Fanchic. Il fait froid aujourd’hui, et c’est presqu’un plaisir de se réfugier dans la chaleur odorante du métro… Je finirais par trouver mon bonheur après avoir arpenter une bonne partie de la ville, et que Fanchic soit parti de son côté pour voir un ami à lui. De retour à l’appart vers 20h je me retrouve les pieds sous la table devant un dîner préparé par Fanch ! Ensuite, il faut préparer nos affaires ce soir pour décoller à 7h demain…

Fanch: Étant seul en ces lieux, je profite de cette après midi grise et du calme de l’appartement de Gaëlle pour me perdre dans les méandres de l’informatique avec une session pure data/arduino en prévision d’une possible installation. Après un petit temps d’adaptation et une petite mise à jour cérébral, je reprends doucement mes marques. J’avais presque oublié l’excitation que peut provoquer la bidouille électro/numérique quand tout veut bien fonctionner. il ne restera plus que quelques ajustements à faire en fonction des lieux ou nous déciderons de passer à l’action. Demain, nous quitterons Madrid. Je retiendrai une fois encore la disponibilité et la gentillesse de notre hôte, de Gaëlle la Studieuse… Encore merci pour tout!