Dimanche 02 décembre 2012

0 km

Cortijo el Lanchar

N 37°20,027' W 4°17,502'

616 m

Jour 64 – Cortijo el Lanchar

Barth : On se sent vraiment bien dans la grande maison de Chloé, Armelle et Greg, comme chez soi ! En me levant ce matin, je prends un petit café en ranimant le feu dans la cheminée et je vais ensuite prendre un bain de soleil sur la terrasse avec Fanch et Greg. L’hiver Andalou n’existe que la nuit si je comprends bien, le ciel bleu et la chaleur douce du soleil matinal me donnent l’impression d’être en plein été en Bretagne !

Après une scéance tondeuse pour Fanch que j’immortalise d’une série de photos, il est déjà l’heure de dejeuner. Je vais ensuite explorer les alentours de la maison avec Fanch en vue de réaliser une installation dans les jours prochains… Nous visitons ainsi un ruisseau et la piscine sans trouver ce que nous cherchons.

Je passe ensuite quelques temps à aider Greg dans sa migration windows vers linux. je n’ai jamais vu quelqu’un se convertir aussi rapidement ! Ce n’est pourtant pas la première fois que j’ai l’occasion d’expliquer ce qu’est Linux, dans la cadre ou non de Geocyclab… Merci Greg ! tu donnes du sens à notre quête du Libre !

La journée se termine tranquillement au coin du feu avec un bon dîner sans Chloé qui est partie travailler pour toute la semaine nous laissant sa partie de la maison.

Fanch: Je cherche, fouille sur le web avec une connexion qui laisse à désirer. Mon cortex cérébral me démange, je n’accepterai pas d’aller me coucher sans avoir résolu mon défi du jour. J’ai précédemment évoqué le sujet d’Arduino et j’ai décidé d’explorer un peu plus en profondeur le potentiel de ce petit circuit électronique. L’idée est de supprimer l’ordinateur de mes installation pour en simplifier la mise en œuvre et pour être d’avantage mobile et réactif devant un contexte ou une situation exploitable. Arduino comporte plusieurs entrées, il est possible d’y connecter une multitude de capteurs (pression atmosphérique, vibrations, lumière….) et plusieurs sorties actionneurs (moteurs, lumières, buzzers….). Le circuit comporte une puce programmable qui va exécuter des instructions. Il est alors possible de faire, par exemple, tourner un moteur plus ou moins vite en fonction de la luminosité ambiante, de la température ou encore du taux de CO2 présent dans l’air, tout dépend du capteur.

C’est donc gagné, j’ai enfin fait mon (vrais) premier programme qui me permet de contrôler l’intensité lumineuse de plusieurs leds en fonction de paramètres captés dans le monde réel. Objectif atteint, j’ai obtenu le droit d’aller me coucher.

 

Haiku 005 – Cortijo El Lanchar

Pour ne rien manquer, nous vous conseillons l’usage d’un casque audio pour le visionnage de cette vidéo.