Mardi 30 juin 2015

0 km

Kozloduy, Bulgarie

N 43°46,565' E 23°43,826'

34 m

Jour 915 – Les frontières du Danube

Barth : Ces trois jours passés chez nos amis Stanimir et Zoya étaient l’occasion de se reposer un peu, de mettre à jour le site internet et d’échanger sur les souvenirs de voyage et les centaines d’idées de systèmes D que Stanimir développe quotidiennement, le tout entre deux soirées festives en compagnie de leurs amis. Cette rencontre aurait certainement pu faire l’objet d’une interview car Stanimir est un sacré inventeur, ayant construit entre autre deux vélos couchés lors de son voyage de trois ans en Asie. Mais la caméra reste dans la sacoche pour cette fois, laissant place à la simplicité d’une rencontre entre amis !

Zoya

Zoya

Stanimir

Stanimir

Fanch, Roxana, Zoya, Sam Barth, Stanimir

Fanch, Roxana, Zoya, Sam, Barth, Stanimir

Au départ de Sevlievo, l’objectif est de rejoindre le Danube et l’euro-vélo-route qui le longe jusqu’en Allemagne. Nous avons décidé de scinder notre peloton en deux binômes, pour que Roxana puisse trouver son rythme tranquillement avec Fanch en coach personnel. Je fonce donc en avant avec Sam, et après deux bonnes journées contre le vent et sur un terrain que j’avais imaginé plus plat, nous atteignons Oryahovo où le Danube se dévoile enfin en ouverture de l’immense plaine roumaine qui se perd dans l’horizon poussiéreux. Une petite pause devant ce panorama le temps de faire sécher les tentes trempées par l’averse matinale et de nous faire offrir des pots de confiture de fraises par deux habitants du coin, et nous décidons d’aller jeter un œil en face, chez les roumains, en empruntant le bac qui permet de traverser cette frontière aquatique.

IMG_4893IMG_4906
IMG_4894IMG_4911

Quelques difficultés pour trouver un bureau de change en cette fin de samedi après-midi dans le petit village où nous débarquons, mais une fois l’affaire réglée, les sacoches pleines de provisions pour le diner et le petit dej du lendemain, nous prenons le temps de siroter une bière roumaine à l’ombre d’un parc, sous le regard curieux de deux gamins, avant de pédaler quelques dizaines de kilomètres jusqu’au bivouac du jour… La route est plate côté roumain. Dans chaque petite bourgade, les sourires et autres bonjours sont systématiques, sans parler des gamins qui se précipitent à notre rencontre pour nous taper dans la main.

IMG_4921IMG_4916

Le décor est posé pour les mois à venir, il n’y a qu’à suivre les panneaux de la vélo-route, trouver un coin le soir où il est possible de piquer une tête dans le Danube, et prévoir que le pédalage sera entrecoupé par des rencontres avec les cyclistes de plus en plus nombreux qui suivent cet itinéraire. La nature est luxuriante sur les berges du fleuve en ce début d’été. Les armées d’insectes et d’oiseaux de tous genres sont à la manœuvre, les nombreuses ruches installées aux coins des champs sont en pleine activité et comme prévu, les moustiques sont au rendez-vous une fois le soleil couché.

IMG_4926IMG_4929
IMG_4956IMG_4934

Notre séjour en Roumanie fut bref, le temps d’atteindre Calafat où nous rencontrons Tobias, un cycliste allemand sur le retour après une virée d’un an en Iran et autour de la mer Noire. Nous repassons ensemble la frontière pour une dernière nuit en Bulgarie avant d’entrer ce matin en Serbie en suivant une toute petite route de campagne traversant des villages quasi-déserts. Un pays supplémentaire qui vient s’ajouter à la liste, mais si le changement culturel est vaguement visible, le décor reste le même, avec ce soir encore un bivouac les pieds dans le Danube entre deux pêcheurs à la ligne, en regardant la pleine lune se refléter dans le courant du fleuve…

Tobias et Sam

Tobias et Sam

IMG_4978